La bonne fortune d’Elisabeth Wellington – Robin Lee Hatcher

33967662

4ème de couverture :

À bord du paquebot qui l’emmène en Amérique, Elisabeth Wellington peine à croire en sa vie nouvelle. Après le décès inattendu de son père, qui la destinait à épouser le duc d’Altberry dans l’espoir d’éponger ses dettes, elle a décidé de quitter l’Angleterre. Libre désormais de tout engagement, elle se rend, pleine de rêves et d’espoirs, dans le Montana, où elle se destine à devenir institutrice. Pourtant, à la fin du XIXe siècle, c’est une région encore peu peuplée, où les conditions de vie sont rudes. Qu’importe ! Elisabeth est prête à tout. Il n’y a cependant un obstacle qu’elle n’aurait jamais imaginé. Et celui-ci porte le nom d’un homme : Garrett Steele. Pourquoi se montre-t-il si froid, si farouche, face à la jeune et audacieuse Elisabeth ? Elle qui est pourtant l’institutrice de son fils Janie. On connaît l’adage : « Fuis-moi, je te suis ; suis-moi, je te fuis ». Alors quand des sentiments naissent d’un terreau si aride, la passion peut prendre les formes les plus inattendues…

Mon avis :

1897, Elisabeth Wellington fuit l’Amérique après le décès de son père afin d’éviter un mariage arrangé avec un homme qui ne lui convient pas.
Elle laisse derrière elle son rang, sa fortune perdue et se dirige vers le Montana.
Là où vit une enfant, Janie, avec laquelle elle a régulièrement échangé des lettres. Lettres dans lesquelles elle a appris que sa petite ville recherchait une institutrice.

Elle arrive dans un milieu hostile et ne s’attendait pas forcément à cela.
Mais elle a la volonté de s’en sortir et de vivre la vie qu’elle veut et qu’elle mérite.
Évidemment, il y a le père de Janie qui ne la laisse pas du tout indifférente mais qui semble farouchement opposé à s’attacher de nouveau à qui que ce soit depuis le décès de sa femme. Et pas forcément pour les raisons que l’on croit.

J’ai apprécié cette lecture.
C’était agréable, et fluide.
Bien sûr, on sait comment ça va finir.
Mais les sentiments sont bien décrits, les personnages fins et travaillés.
L’héroïne n’est pas une nunuche issue de la haute société et qui pleure dès qu’une de ses tenues est froissée. Elle semble fragile mais est plus forte qu’il n’y paraît.
Garrett sous des dehors froids et distants est plus sensible et attachant que l’on ne croit.
Les personnages secondaires sont attachants et certains vraiment hauts en couleurs (voir un brin caricaturaux pour certains)

Mon petit regret est qu’Elisabeth rencontre deux jeunes filles en début de livre avec lesquelles elle échange des lettres mais l’une d’elle ne répond jamais. Et l’on ne sait pas pourquoi. Un peu frustrant. (A moins que l’auteur ne prépare un livre sur ce personnage pour expliquer ce qui lui arrive)

Une lecture sympathique donc et qui permet de se changer les idées!

Publié dans Romances | Tagué , , | Laisser un commentaire

Nous autres simples mortels – Patrick Ness

32859819

4ème de couverture :

Et si vous n’étiez pas l’Élu ? Si vous n’étiez pas destiné à être un héros ? Celui qui est censé combattre les zombies, ou ce nouveau truc, là, complètement dingue, avec les lumières bleues. Il y a des choses tellement plus importantes que la énième fin du monde ! Si vous étiez comme Mikey ? Qui veut simplement avoir son bac, passer ce dernier été avec ses amis et, enfin, embrasser Henna (ou plus). Juste se sentir capable de découvrir l’extraordinaire dans sa vie si ordinaire…

Mon avis :

Ah Patrick Ness!
Je suis tombée amoureuse de lui lorsque j’ai découvert sa trilogie « La voix du couteau » il y a maintenant un peu plus d’un an.

J’ai eu un grand plaisir à renouer avec l’auteur dans ce livre.
Il a toujours cette plume originale et qui peut être totalement déstabilisante.
On aime ou on n’aime pas. Clairement.

Dans ce livre, nous sommes centrés sur un petit groupe d’amis qui n’a rien d’exceptionnel. Ils ne sont pas destinés à sauver le monde des menaces paranormales ou autre. Mais ils côtoient les indie-kid qui eux sont les héros de cet univers.
Chaque entête de chapitre parle brièvement de l’aventure des indi-kid puis le chapitre se concentre sur nos héros.
Des adolescents qui passent leur bac et veulent seulement l’avoir et partir loin de chez eux. Des ados qui rêves d’amour, de 1er baiser, de liberté.
Il y a Mickael, Mickey, notre héro comme tout le monde. Peu sûr de lui, empli de doutes, de craintes et cerné par ses TOC qui lui compliquent la vie.
Sa grande soeur, Mel qui elle aussi passe son bac cette année car elle a eu quelques soucis de santé l’année précédente.
Henna, l’amie sur laquelle Mickey craque sans espoir et qui doit partir très loin après l’été.
Jared, le meilleur ami qui possède une part un peu magique.

J’ai aimé ces personnages. Loin d’être parfaits. Et pourtant parfaits dans leurs imperfections justement.
Les doutes, les envies, les espoirs, les peurs (et j’en passe) de la fin d’adolescence sont extrêmement bien rendus. Ce moment où vous n’êtes plus tout à fait un enfant mais pas encore complètement un adulte non plus. Vous vous cherchez, vous doutez de tout et tout le monde.
Les liens de la fratrie que compose Mickey, Mel et leur petite soeur Mérédith sont touchants. On sent l’amour qui les unit, les rapproche et leur permet d’avancer et de survivre au milieu de ce monde un peu fou autour d’eux.

Un roman sur la transformation, la vie, l’acceptation de soi même, la force intérieure, la volonté, la peur, l’envie, l’adolescence, la séparation, la désillusion, l’amitié.
La preuve qu’il n’y a nul besoin d’être un super héro pour mener une vie palpitante. Notre vie est ce que l’on en fait

Publié dans Fantastique, Romans | Tagué , , | Laisser un commentaire

Une photo, des mots…#12

Pour cette 12ème participation à l’atelier de Bricabook, voici une nouvelle photo de Julien Ribot!

seine-cygne

Et allez… C’est reparti! Pas moyen d’être tranquille chez soi. Vraiment à croire qu’ils se donnent tous le mot pour venir envahir mon espace vital…

Comment ça la Seine est assez grande pour que tout le monde puisse partager une partie de l’espace?!?! Je ne suis pas d’accord.

Je nage sereinement. Si j’ai envie je peux passer près de la berge. Ou non. Si n’importe qui peut débarquer, je fais quoi? Je me tais et je vais nager plus loin? No way. Je suis le Roi de la Seine. C’est moi qui décide.

Pffffffff…Et voilà qu’un nouveau crétin s’est installé au bord de l’eau. Il doit y avoir un élevage pas loin, je ne vois pas comment c’est possible autrement! Ah. Et en plus, c’est un crétin accro à son téléphone… S’en est terminé de ma sérénité….

Bon. Ne nous emballons pas. Réfléchissons. Quelles sont les solutions qui s’offrent à moi ?

M’éloigner ? Je crois que nous avons déjà convenu que je suis le Roi de la Seine et que je ne céderai pas ma place.

Attendre ? C’est une possibilité. Mais par définition, le crétin est un crétin. Même s’il fait froid et qu’il ne fait rien au bord de MA Seine, il est capable d’y rester des heures. Impossible. Je ne veux pas souffrir des mauvaises ondes de son engin de malheur. Oui, même à distance.

Agir ? Mmmmmmm… ça peut être une idée. Je m’approche doucement. Il est tellement obnubilé par son portable qu’il ne me prêtera pas attention. Et alors qu’il s’esclaffe, BAM je lui attaque sauvagement le pied. Ou le mollet. Ou une autre partie stratégique.

Je pense que la 3ème solution est la meilleure. Cela va de soi. Qu’est-ce qu’il ne faut pas faire tout de même pour faire respecter son territoire!!…

Publié dans Une photo, quelques mots... | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Une photo, des mots…#11

Une 11ème participation à l’atelier d’écriture de Bricabook avec une photo de Emma Jane Browne. Du noir&blanc, de la discipline…

 

emma-jane

La discipline. Voilà pourquoi cela m’est nécessaire. Vital maintenant.

Respirer. Vider mon esprit. Me concentrer. Évacuer.

Oublier.

Lorsque j’arrive, je porte fièrement ma tenue, je saisis mon Bō. Et lui et moi ne faisons plus qu’un.

Mes peurs sont refoulées. Je me sens fort. Puissant. Maître de ma vie.

Je ne suis plus l’adolescent replié sur lui-même, effacé. Celui que l’on regarde un peu de travers. Celui que l’on bouscule. Celui que l’on ignore aussi parfois. Celui que l’on juge. Et surtout celui que l’on maltraite.

Je ne suis plus celui qui laisse faire, se laisse faire. Celui qui pleure de rage contre lui-même. Celui qui aimerait réagir mais se contente de subir. Celui qui se cache. Celui qui parfois pense à en finir.

Ces quelques heures chaque semaine sont mon havre de paix. Mon refuge au milieu d’une tempête quotidienne que je ne sais pas gérer. Je ne suis pas doué pour les émotions. Je ne sais pas analyser les miennes et encore moins gérer celles des autres.

Mais ces quelques heures m’aident à me recentrer. Pendant quelques heures, je suis celui qui maîtrise. Celui qui sait. Celui qui est fier. Celui qui appartient à une communauté. Celui qui est reconnu.

Oui pendant quelques heures chaque semaine, je me sens moi-même. Je vis. Le reste du temps…je ne fais que survivre.

Vous me croisez sans doute tous les jours, mais vous ignorez le combat intérieur que je livre. Le combat quotidien et physique. Je ne vous en veux pas. Le monde est un peu trop égoïste de nos jours. Ce n’est pas vraiment votre faute.

Oui, tous les jours je vous croise. Et finalement j’aimerai tellement que vous ouvriez les yeux avant qu’il ne soit trop tard pour moi… j’ai peur parfois que mon Bō ne suffise pas… En attendant, j’espère…

 

Publié dans Non classé, Une photo, quelques mots... | Tagué , , , | 2 commentaires

Le plaisir de te détester – Emilie Million

33281823

4ème de couverture :

Pour certaines personnes, les réunions des anciens du lycée sont un bon prétexte pour étaler son bonheur et sa réussite. Pour Marie, c’est surtout l’occasion de se prendre la réalité en face : célibataire, au chômage, au bord de la ruine, on ne peut pas dire qu’elle ait de quoi se vanter auprès de ses anciens camarades. Constat qui devient d’autant plus blessant lorsqu’elle se retrouve face à David, qu’elle a humilié dix ans plus tôt. Car le geek boutonneux de ses souvenirs s’est transformé en un chef d’entreprise charismatique. Alors, quand ce dernier lui propose de devenir son assistante, Marie hésite : doit-elle céder à la tentation de revoir David ou bien faire preuve de prudence et éviter cet homme qui a toutes les raisons de lui en vouloir ?

Mon avis :

En pleine panne de lecture depuis presque 2 mois, j’avais besoin de peps, de bons sentiments, d’une lecture qui arrive à me relancer.
Et ce fut le cas avec cette romance.
Marie est à l’approche de la trentaine et n’a pas réellement fait grand chose de sa vie, célibataire, elle vit en coloc avec une jeune femme qui est devenue une amie, elle n’a pas de boulot, pas de perspective d’avenir et voilà que sa meilleure amie la traîne de force à une réunion d’anciens élèves.
Réunion où elle retrouve David (qu’elle ne reconnaît pas immédiatement), jeune homme à qui elle en a un peu fait voir de toutes les couleurs.
Curieusement, il lui propose un job et semble attendre autre chose d’elle également.

Alors oui, c’est un peu cousu de fil blanc et l’on connaît déjà la fin dès le début du livre.
Mais peu importe. J’ai passé un bon moment.
La plume est fluide et l’auteur a su m’embarquer dans son univers un brin déjanté avec son héroïne pleine d’humour et de folie.
Je n’ai pas vu défiler les pages et même si (encore une fois) la fin est prévisible, cela ne m’a absolument pas gâché mon plaisir de lecture.
On rit, on sourit, on soupire, on tremble, on s’exaspère, on s’attendrit. Bref tout un panel d’émotions condensés dans ce petit roman qui vaut le détour!

Les personnages sont bien campés.
Peut-être un brin caricaturaux dans leurs travers et leurs qualités mais cela ne m’a pas gênée.
Marie est un peu fêlée, se parle à elle-même (et à Dieu), souffre de TOC de rangement et d’un grand manque de confiance en elle.
David est grand, beau, fort, intelligent et patron de sa propre entreprise et un peu bordélique, arrogant et autoritaire.
La tension entre les deux héros est palpable dès le début et grandissante tout au long du livre.
Elle monte crescendo et l’auteur a bien su rendre cet effet.
Les personnages secondaires, notamment les deux amies un peu déjantées de Marie sont plutôt intéressantes mais peut-être un peu trop survolées à mon goût. Peut-être car l’auteur compte leur accorder à chacune une histoire entière ? (je l’espère sincèrement car nous n’avons pas toutes les réponses!)
Sarah, le petit chat est adorable et touchante.
Et il y a également la mégère que vous avez envie de frapper mais dont je ne parlerais pas 🙂

C’est une comédie romantique qui se lit vite et laisse un petit sourire aux lèvres.
Rafraîchissant et sans aucune prise de tête : idéal pour (peut-être enfin!) me sortir de ma panne de lecture!

Publié dans Non classé, Romances, Romans doudous | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Moi après mois : Janvier 2017

Ce rendez-vous a été instauré par Mokamilla. Afin de raconter à demi mots (ou non) le mois écoulé.

15825921_1071632796296633_2633302251008639508_n

Mes patients qui trouvent que j’ai de « bien jolis dessins » sur mes bras / Ce dimanche matin où le boulanger chante à tue tête « J’aime la galette » / L’angoisse des Pères Noël suicidaires toujours exposés /

16266104_10154601553044818_1402200567338526620_n

Avoir un début d’année compliqué / La retrouver au QG / « Faut pas trop m’aimer moi, sinon je panique » / Recevoir les vœux d’Isa et Steven avec une jolie photo de ma petite guerrière / Vider ma happiness jar 2016, relire les petits papiers et les archiver / Ces personnes qui ont un fonctionnement curieux et une manière de procéder intrigante / ❤ Un Océan d’Amour ❤ /

15966214_10154559693379818_7791414518689915215_n

« Si tu essaies, tu as une chance de perdre. Si tu n’essaies pas, tu as déjà perdu. » / Recevoir Leur carte pour la nouvelle année et sourire / Celles avec qui il fait bon travailler / Prendre mes billets pour une échappée parisienne / Rencontrer ma « petite fille » ❤  et voir ma fille et mon épouse / Une jolie carte de Tunisie / Se brûler avec du caramel bouillant mais ça en valait la peine /

16142322_10154572257269818_4361975598334590955_n

Ces cadeaux parfaits / Un sms tout mignon qui réchauffe le cœur / Devenir réellement une pu*ain de guimauve / Sortir « peut-être » de ma panne de lecture / Ou pas / Se concentrer sur le positif envers et contre tout / Pour être deux /  Cette fin d’aprem à faire des photos avec Elle /

Être très naïve « J’ai la naïveté de croire que quand on fait les choses sincèrement, on touche les gens » Simon Astier / Recevoir mon Yi King et tomber un peu amoureuse / Julien Doré ❤ « Être conscient que la plupart du temps, les hommes se comportent comme des cons avec les femmes, ce n’est pas être féministe ! C’est juste être lucide ». / Cette décision radicale mais qui permet de me libérer et me fait le plus grand bien / Ce repas de Noël familial en décalé avec eux à base de raclette et charcuterie / Avoir ma jolie Catrina ❤ /

16195411_10154579850949818_7804850525022883825_n

Ce cadeau inattendu / Organiser une bien jolie soirée avec Eux / Et un lait chaud qui fait son petit effet / Avoir rendez-vous le 22/02  pour Moonlight Serenade / Voir ma Couss Couss d’Amour et son petit bidou / Ces we avec les Team Parfaites au boulot / Et ces mots/maux qui me touchent toujours, parfois au delà du supportable… /

15825821_10154530645144818_199589498860294421_n

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, je vous propose d’essayer la routine…Elle est mortelle. » Paulo Coelho / Réécouter les chansons de Jacques couchée au sol / Beaucoup trop réfléchir / Penniless / L’arrivée de MJP dans ma vie /

15940875_10154548655209818_6745664726706126920_n

Et lancer des paris de survie / Tomber malade / Voir ma Chouchoute et faire enfin la connaissance de mon mini Chouchou, welcome Nils / Lâcher prise et advienne que pourra / Faire un gâteau pour un anniversaire et un autre pour remonter le moral /

Lian Hearn qui sort un préquel au Clan des Otori ❤ / Remplir ma Happiness Jar / « J’aimerais mieux être un superbe météore, chacun de mes atomes irradiant d’un magnifique éclat, plutôt qu’une planète endormie. La fonction propre de l’homme est de vivre, non d’exister. Je ne gâcherai pas mes jours à tenter de prolonger ma vie. Je veux brûler tout mon temps. » Jack London / Celle qui me disait vouloir être une infirmière comme moi plus tard / Et Celle qui me recentrait sur l’important et l’essentiel / Acheter des livres mais ne pas lire / Celui qui offrait une future nouvelle maison à MJP et moi qui la peignait, en toute discrétion /

16195877_10154577333754818_1476792164575997018_n

Très peu dormir / Des photos et mes mots, évacuer les maux… / Bientôt un nouvel Agnès Ledig ❤ / Une réunion de copropriétaires qui bat tous les records… agoniser / Celui qui avait une phrase toute faite/citation pour chaque circonstance / Peindre des zombies! /

Une IDE sénile, un ASD moqueur, un mur et un appareil à tension : de multiples possibilités / Organiser un apéro chez Eux pour mars / Cuisiner, beaucoup / Écouter de la musique, toujours / Ne pas lire, encore… / Et puis tout ce que je ne dis pas, car j’en dévoile déjà bien assez…

february_019

 

 

Publié dans Moi après mois, Tranches de vie... | Tagué , , , | 4 commentaires

Une photo, quelques mots…#10

 

Pour cette 10ème participation, voici à nouveau une photo d’Anselme. J’ai participé au même type de rituel en Equateur l’été dernier. Et j’espère sincèrement que mon vœu inscrit se réalisera.

arbre-a-souhaits

L’excitation que je ressens me rend totalement fébrile au fur et à mesure que mon but approche. Les souvenirs d’il y a 3 ans m’assaillent. Ceux de la première fois où je suis venue ici.

Des personnes que je ne connaissais pas, un lieu inconnu, une langue étrangère, dans un pays qui n’était pas le mien. J’avais eu peur de me sentir comme une intruse, de ne pas être à ma place.

Mais tout s’était fait naturellement. Les sourires avaient été communicatifs, la joie partagée, la quiétude et l’apaisement salvateurs.

A la fin de cette journée un peu magique, il nous avait été demandé de faire un souhait selon un joli procédé. Une inscription sur un bout de papier coloré, un vœu pour l’avenir, un espoir pour le futur, un rêve à réaliser, un simple bonheur désiré. J’avais fait celui de revenir ici un jour.

Les mois ont passé, puis quelques années. Et enfin aujourd’hui mon espoir se précise alors que les paysages défilent. J’ai les mains moites, le souffle un peu court. Le car ralentit, alors que mon cœur, lui, bat la chamade. Comme pour un premier rendez-vous.

J’aperçois l’arbre. Mon arbre. Notre arbre.

Il a bien grandi. Les papiers ont fleuri par centaines. Je les frôle, saisie d’une émotion indescriptible. Du regard je cherche le mien, même si au fond de moi je me doute qu’au bout de 3 ans de soleil, de pluie, de temps qui passe, il ne doit plus être bien lisible. La joie que je ressens envahit totalement mon cœur et s’épanouit sur mon visage en un sourire que je ne peux retenir plus longtemps.

Je suis interrompue dans ma contemplation par une voix. Sa voix.

« Tu es revenue »

Et c’est aussi simple que ça. Oui, je suis revenue.

 

 

 

Publié dans Une photo, quelques mots... | Tagué , , , | 1 commentaire