Moi après mois : Juillet 2016

citation-bonheur-perfection

 

Ce rendez-vous a été instauré par Mokamilla. Afin de raconter à demi mots (ou non) le mois écoulé.

Ce garage que je pense squatté jusqu’à ce que la réalité me frappe de plein fouet : ce n’est pas mon garage / Ces soirs qui m’achèvent / Tout est question d’organisation…ou pas/ Programmer une petite glace avec Elles / Chaleur et odeurs / Achat de chocolat massif pour départ approchant / Un message d’encouragement en mode pompomgirl  / Ce petit qui se fait désirer / Quand tu sais que tu ne dois pas commencer de nouveaux livres potentiellement addictifs seulement quelques heures avant de te coucher alors que tu te lèves  à 5h le lendemain mais que tu ne peux pas t’empêcher de récidiver…/ Foutue addiction  livresque! /

« L’espace d’une vie est le même, qu’on le passe en chantant ou en pleurant » Proverbe Japonais

Des « vie ma vie » / Les copinautes en Ecosse / Mais qui pensent à celles restées en France 💛 / Les journées passent et ne se ressemblent pas / Lire/ Beaucoup / Une bien belle journée de merde (mais heureusement qu’Elles sont là / Même à des milliers de km /

20160725_164811

Bienvenue à Alexis dans ce monde un peu fou / Main et tatouage / Ces mecs beaucoup trop habillés en Ecosse et les copinautes qui en profitent  / Déception et désillusion / Redbubble / Gaspacho et Tiramisu maisons / Ces livraisons de viennoiseries et corbeilles de fruits au travail pour nous remercier /
Bagdad 💔💔
“Trouve en toi l’endroit où est la joie. Et la joie vaincra la douleur.” Joseph Campbell /

Celle qui avait pris la place attitrée de quelqu’un dans un bus / Cette fermeture qui prend des airs d’epic fail / Cette soirée où je ne me sens vraiment pas à ma place / Voir Julie / Une bouffée d’oxygène /
Ce 14 juillet Nicois… 💔💔

« Tu connais ce lieu situé juste à la frontière entre le rêve et le cauchemar? Ce lieu où demain n’arrive jamais et où hier ne fait pas souffrir? Le lieu où ton coeur bat à l’unisson avec le mien? Où le temps n’existe pas et où il est facile de respirer? C’est là que je veux vivre avec toi. »  Brittainy C.Cherry

/ Sauter le pas et encrer un peu plus / Une voiture et un fossé  / Et un voisin et sa jeep qui tombent à pic! /  Cette lecture commune avec Elle qui nous fait enchaîner les 2 tomes de plus de 700 pages chacun / Un rendez-vous indien / Celle qui quittait Lyon / mon cœur se sert un peu mais être heureuse pour eux avant tout / Munich… /  Essayer d’alléger l’atmosphère / Pérouges et château de Fléchères / Un petit goût de Scorpi /

Acheter des livres et accuser Ju et Sarah… et Penny! / Et ajouter à la liste des vernis / Et des chocolats… / Et une superbe adresse de resto! /

20160725_13113620160725_131139

Recevoir cette jolie carte d’Edimbourg de la part des copinautes ♥ / Craquage livresque pour compenser la négativité ambiante / Coup de coeur massif pour Tu comprendras quand tu seras plus grande /

« Notre plus grand mérite n’est pas de ne jamais tomber, mais de nous relever à chaque fois » Ralph Waldo Emerson /

Ce mari d’une patiente qui me ramène à manger pour midi en même temps que le repas de sa femme / Ce coup de fil porteur de nouvelles difficiles à encaisser / Penser tellement fort à Eux / Lire Orange et tomber amoureuse de l’histoire et des personnages/ Frénésie de mangas / Voir enfin ma Juju / Team Sac forever! / Envoyer ce 1er mail d’une longue série de mails estivaux… / Et lire toujours!

13754655_1125648527502528_5636876764340666507_n

Et tout plein d’autres petites choses que je tais… Parce que j’en dis et j’en dis déjà bien assez!!…

 

dd7277e6751638ea0795e8e1fb556422

Publié dans Moi après mois, Tranches de vie... | Tagué , , , , | 1 commentaire

La pierre de Lune (Enchantement #1) -Evelyne Contant

27826462

 

4ème de couverture :

La peur, l’amour…la trahison, c’est ce que je ressens à propos de ma nouvelle vie. Une vie que je n’ai jamais souhaitée, du moins, pas de cette façon.
J’ai certainement rêvé d’aventure et d’émotions, de m’évader de ma vie plutôt ordinaire… mais rien de tout cela ne pouvait me préparer à ce qui s’est produit comme un bingbang dans ma normalité…
Une sorcière, une vraie, m’a annoncé qu’en réalité, je ne suis pas une humaine! Moi, Lou Mills, je suis une magique, comme elle! Il paraît que je suis la clé d’une prophétie ancienne et que je dois sauver le monde d’une guerre imminente entre les humains et les magiques. Ce qu’elle attend de moi ne répond à aucune logique, en fait, rien ne semble avoir de sens depuis que je l’ai rencontrée.
Et puis, il y a cet homme… sombre et mystérieux… mais tellement attirant…Si au moins je pouvais l’oublier. La dualité est la balance qui équilibre ce monde, le blanc pour le noir, le bon pour le mauvais, l’amour pour la haine… et je le hais autant que je l’aime.
Suis-je la personne qu’ils attendent? De quel côté vais-je combattre, lorsque la guerre éclatera? Comment choisir entre ma famille… ou le peuple auquel j’appartiens?

 

Mon avis :

Quel univers!!
Et quelle frustration que ce soit un tome 1!!!! (et je rappelle que je ne gère pas bien la frustration) Et j’annonce dès maintenant que la série sera en 4 tomes. Je ne suis pas prête de mieux gérer ma frustration du coup!

Lou est une jeune femme d’une vingtaine d’années qui s’est toujours sentie un peu à part, pas vraiment à sa place dans sa vie mais sans savoir pour quelles raisons, sans arriver à mettre le doigt sur sa différence.
Et voilà qu’elle découvre qu’elle appartient à la race des magiques et qu’elle est dotée de pouvoirs.
Beaucoup de bouleversements s’annoncent pour elle qui a toujours été fascinée par la mythologie grecque et ne pensait pas la côtoyer d’aussi près! (vraiment très très près!)
Elle doit démêler le vrai du faux, déterminer à qui elle peut faire confiance ou non, faire le tri dans ses propres envies et ses sentiments, accepter l’impensable et fréquenter certaines personnes qu’elle n’aurait pas eu envie d’approcher au premier abord! Vous l’aurez compris, la vie de Lou ne va plus être de tout repos.

L’écriture est très fluide et les pages défilent toutes seules car vous voulez savoir où l’auteure veut vous emmener.
L’univers et riche et extrêmement bien pensé. Rien n’est laissé au hasard par l’auteure et au fur et à mesure que vous avancez dans la lecture vous allez de découverte en découverte pour votre plus grand plaisir ou… déplaisir!
Les personnages sont plutôt attachants et bien pensés. Ni tout à fait noirs, ni tout à fait blancs pour certains. Vous pensez en préférer certains et en détester d’autres, et vous vous retrouver dans l’état inverse quelques pages plus loin!
Ce qui est déstabilisant, surprenant et même agréable car vous n’êtes jamais lassés, ce qui pour du fantastique/ de la fantasy où l’on retrouve souvent les mêmes codes, est plutôt positif et dépaysant!

Moi qui suis fan de mythologie, j’ai été servie!
L’auteure a travaillé à fond cet aspect là, parfois de manière totalement inattendue et donc plutôt « rafraîchissante », là encore pour mon plus grand plaisir.
Non vraiment j’ai adoré l’univers créé et basé sur des mythes connus. C’est original et prenant.

Je suis par contre très frustrée par la fin! Vivement la suite (en septembre 2016 si certains se demandent!)

Publié dans Fantasy, Fantastique | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

A la grâce des hommes – Hannah Kent

51ujRMsd9gL._SX195_

4ème de couverture :

Islande, 13 mars 1828. Agnes Magnúsdóttir est reconnue coupable de l’assassinat de Natan Ketilsson, son amant, et condamnée à mort. En attendant son exécution, la prisonnière est placée comme servante dans une ferme reculée. Horrifiés à l’idée d’héberger une meurtrière, le fermier, sa femme et leurs deux filles évitent tout contact avec Agnes, qui leur inspire autant de peur que de dégoût. Au fil des mois, elle devra apprendre à vivre au sein de cette famille hostile. Malgré les peurs réciproques, la violence, les préjugés, les colères et la mort annoncée.
Et la vérité qu’Agnes voudrait pouvoir faire entendre alors que personne ne semble prêt à l’écouter.

 

Mon avis :

Quel livre!!

Nous sommes en Islande en mars 1828.
Agnes (personnage sur lequel est centré l’histoire) est reconnue coupable d’avoir assassiné Natan, son amant et son patron et Petur, l’ami de Natan qui était présent.
Elle est condamné à la peine maximale, la peine de mort.
En attendant que le jour de son exécution soit fixé, elle est placée en détention dans une ferme auprès d’une famille : Jon, Margret et leurs deux filles Lauga et Steina.
Agnès choisit pour directeur de conscience le sous révérend Toti. Qui doit l’accompagner jusqu’à son dernier souffle et surveiller qu’elle ressent du repentir pour ce qu’il s’est passé.

Ce livre est tiré de faits réels.
Agnes fait tristement partie de l’Histoire de l’Islande.
L’auteure a fait des recherches et décidé d’écrire cette histoire en y ajoutant des nuances. Pour montrer que la vérité n’est pas toujours entièrement blanche ou noire.

Nous suivons les pas d’Agnès du début de sa réclusion au jour de son exécution. Car il ne faut pas se leurrer, la fin ne sera pas heureuse. Le ton est donné depuis le début.
Parfois nous sommes le spectateur extérieur de ses journées et parfois elle se transforme en narratrice et nous livre ses pensées, ses vérités, ses peurs.
La plume est magistrale.
Les descriptions de l’environnement sont parfaites, j’ai complètement visualisé la vie des paysans islandais dans les années 1800, j’ai été avec eux dans l’environnement hostile en plein hiver, pour tous les gestes de la vie quotidienne. L’ambiance est parfaitement retranscrite.

Je me suis attachée à Agnès. Malgré les actes qu’on lui prête. Elle apparaît comme terriblement humaine. Je voulais savoir ce qu’il c’était réellement passé cette nuit là.
L’entendre de la bouche d’Agnès. Savoir.
Sa vie auprès de la famille qui « l’accueille » n’est pas facile. Elle reste à leurs yeux la meurtrière. Elle leur fait peur. Mais certains vont lui accorder une chance, lui laisser une place dans leur vie, même infime. Qui la fera se sentir un peu humaine encore. Pour le peu de temps qu’il lui reste à vivre. Un peu de lumière au milieu de l’obscurité qu’est devenu sa vie.

C’est un livre magique, porté par un souffle puissant. Je n’ai pas vu les 400 pages défilées.
C’est un questionnement constant sur l’innocence, qui encore une fois prouve que tout n’est pas soit noir ou blanc, il y a de nombreuses nuances de gris au milieu

 

« Ils disent que je dois mourir. Ils disent que j’ai volé à ces hommes leur dernier souffle et qu’ils doivent voler le mien. Comme si nous étions des bougies – je vois palpiter leurs flammes graisseuses dans l’obscurité et le mugissement du vent. Et je crois entendre des pas déchirer le silence. D’horribles pas qui viennent à moi, qui viennent pour éteindre et emporter ma pauvre vie dans un ruban de fumée grise. Je me disperserai dans l’air nocturne. Ils nous éteindrons tous, un à un, jusqu’à ce qu’ils n’éclairent plus qu’à la lueur de leurs propres bougies. Où serai-je alors? »

 

Publié dans Coup de coeur, Romans | Tagué , , | Laisser un commentaire

Gatsby le Magnifique – F. Scott Fitzgerald

9782253176725-T

4ème de couverture :

New York, années folles… Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu’une seule personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d’un héritier millionnaire…

Mon avis :

Ce livre c’est une ambiance, une intensité.
Durant les années 1920, la narrateur Nick Carraway qui vient d’emménager à Long Island se découvre un très mystérieux voisin, Gatsby.
Demeure grandiose, fêtes fastueuses tout semble réussir à cet homme qui vient on ne sait trop d’où.
Mais pourquoi Gatsby vit-il ainsi ?
Pourquoi tout le monde semble convier à ses fêtes sans aucune logique et aucun « tri »?
Que cherche-t-il réellement ? Et jusqu’où peut-il aller pour obtenir ce qu’il (ou qui il) désire ?
Car en dehors de ses soirées, Gatsby semble rester très isolé.

Nick est intrigué et attiré par son étrange voisin. Ils se côtoient peu à peu.
Et Nick n’est pas au bout de ses surprises.
Il y a beaucoup de « on dit » sur Gatsby, où se cache la vérité ?

Ce roman et relativement court et j’ai vraiment été happée dans l’univers créé par l’auteur.
Je voulais moi aussi savoir qui était réellement Gatsby, le pourquoi de toutes ses soirées, ses motivations, son passé…et surtout savoir jusqu’où tout cela allait nous mener.
Le style est très particulier (riche, très recherché voir parfois « trop ») mais parfaitement adapté pour moi à l’époque à laquelle se déroule l’histoire. Ce qui permet une immersion encore plus complète.
Mais ce livre outre Gatsby c’est aussi Daisy (la cousine de Nick) et son mari Tim. Qui ne semblent plus très heureux ensemble (s’ils l’ont jamais été) et ces deux personnages auront une place plus importante que ce que l’on pourrait croire au premier abord. Tout ça servit à travers le regard de Nick qui reste très neutre et nous offre une vision assez honnête des évènements.

Ce livre c’est une histoire du passé, de trahison, d’honnêteté, de retrouvailles, de passion, d’erreurs, de fuite, de manipulation, d’amour, de raison, de sacrifice. L’histoire d’un rêve qui a porté Gatsby a devenir celui qu’il est maintenant, afin de pouvoir toucher son rêve du bout des doigts.
Mais à quel prix ?

La fin m’a réellement surprise.
J’ai tourné la dernière page avec regret mais heureuse d’avoir enfin sorti ce livre de ma PAL!

Encore merci à Sarah de me l’avoir offert :)

Publié dans Chall'Eien'ge, Classique, Romans | Tagué , , | Laisser un commentaire

Jet & Rome (Marked Men #2&3) – Jay Crownover

 

JET

Après avoir suivi l’évolution du couple de Rule et Shaw dans le premier tome, nous nous concentrons sur ce 2eme tome sur Jet et Ayden rencontrés déjà dans le 1er tome.
Et je trouve ça très sympathique que dans chaque tome l’auteure nous donne un petit avant goût du potentiel couple suivant qui permet de maintenir un lien entre les tomes compagnons.

Donc nous savons que Jet a rejeté la proposition d’Ayden de coucher ensemble.
Et qu’Ayden en a été fortement perturbée.
Au début de ce premier tome nous apprenons que Jet a emménagé avec Cora et Ayden en coloc.
Il est difficile pour les deux de composer avec leur attirance mutuelle qu’ils choisissent délibérément d’ignorer.

J’ai adoré Jet!! (ok je suis tombée un peu amoureuse de lui!) Ses pantalons moulants, ses tatouages et ses piercings (soupir)
J’ai beaucoup aimé Ayden. Elle se traîne un passé lourd dont elle n’a jamais vraiment parlé à ses amis, même pas à Shaw. Elle est secrète, déterminée, intelligente, protectrice, farouche, sexy.
2 personnages extrêmement intéressants et avec lesquels on ne s’ennuie pas une seconde! (même si la deuxième partie du livre m’a parue un peu traîner en longueur)

Mais encore une fois, pour moi aucun cliché, une montée de tension parfaite qui nous laisse sur le fil du rasoir mais ne tombe pas de l’excès en nous lassant.
Beaucoup d’émotions!!
Des scènes torrides, des séquences émotions, des révélations… un savant mélange détonant!

On retrouve également tout le groupe d’amis.
On assiste à l’évolution du couple de Rule et Shaw, on retrouve Rowdy, Nash, Cora. On voit un peu Rome à la fin. On rencontre Asa.
Et là j’ai surtout beaucoup aimé connaître un peu plus Cora que j’aime beaucoup!
J’adore leurs relations dans le groupe, suivre leurs évolutions et avoir la sensation de faire partie de leur grande famille.
L’auteure a vraiment une plume qui vous fait vivre de multiples émotions et a le don de vous transporter dans l’univers qu’elle a créé.

J’ai hâte de lire le prochain! (même si je sais que les avis sont mitigés)

 

ROME

Après avoir suivi Rule et Jet, je n’ai pas attendu très longtemps avant de lire le tome destiné à Rome!
Surtout que la fin du précédent présageait qu’il serait avec Cora, que j’aimais beaucoup.

Cora, c’est la gérante du salon de tatouage où bossent Rule, Nash et Rowdy. Toute petite et menue, les cheveux en pétard, tatouée et percée et surtout un très fort caractère et un don certain pour lire les gens et les aider.
Rome revient du front. Il n’a toujours pas pardonné à ses parents et à Shaw le secret caché de Rémy. Il s’en veut, se sent inutile et fait de nombreux cauchemars où il revit des attaques auxquelles il a réchappé.

J’aime toujours l’écriture de l’auteure. Elle offre ici un nouvel héro encore différent après le bad boy tatoueur, le chanteur rock star. Elle arrive à ne pas retomber dans les mêmes histoires sur chaque tome.
Mais ça l’a quand même moins fait que pour les 2 précédents pour moi.

Et pourtant, encore une fois, j’adorais le personnage de Cora!
Pétillante et pleine de vie, ne se laissant pas marcher sur les pieds par les mecs de son entourage et sachant remettre tout son petit monde sur le droit chemin en un claquement de doigts!
Leur découverte de l’un de l’autre est mignonne et touchante.
Mais là où dans les autres tomes je trouvais que justement l’auteure arrivait à ne jamais en faire trop, ça a malheureusement été le cas pour moi dans ce tome là pour quelque chose qui se produit dès le début et qui je pense n’avait pas de nécessité. C’était un poil trop facile de tomber là dedans pour moi et cela m’a déçue. Et pr la suite il y a eu quelques scènes qui étaient un peu too much et non nécessaires (encore selon moi)

Mais je n’ai tout de même pas boudé mon plaisir.
Les scènes entre Cora et Rome sont tendres, émouvantes, chaudes, drôles et j’en passe.
J’ai vu avec plaisir les autres personnages évolués dans leur propre vie chacun et c’est toujours un réel plaisir de les retrouver et de savoir un peu ce qu’ils deviennent!
Alors même si je me suis beaucoup moins attachée à Rome et à Cora, j’ai aimé connaître leur histoire et les regarder se débattre avec leurs démons et les imprévus qui sont survenus.

Cette série reste pour le moment un très chouette moment de lecture et de détente même si j’ai trouvé ce tome un peu en dessous des deux précédents.

Publié dans Romans | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

13442185_10153941777749818_5392922649395507218_n

4 ème de couverture :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées. Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte de la mer Baltique devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…Ruta Sepetys révèle la plus grande tragédie de l’histoire maritime, qui a fait six fois plus de victimes que le Titanic. Cette catastrophe méconnue lui inspire une vibrante histoire d’amour, de courage et d’amitié.Lumineux, captivant et bouleversant d’humanité.

 

Mon avis :

Il y a un peu plus de 2 ans je découvrais l’auteure avec Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre et avait un énorme coup de cœur pour sa plume, ses choix concernant l’Histoire qu’elle a choisi de traiter, ses personnages… J’avais tout adoré!
A l’annonce de son nouveau livre j’étais survoltée.
Je l’ai acheté le jour de sa sortie et l’ai sorti de ma PAL dès mon livre en cours achevé.

Et quelle claque!!
Dans ce livre, Ruta Sepetys a choisi de traiter du naufrage du Wilhelm Gustloff. Un naufrage éclipsant de loin celui du Titanic en terme de victimes mais qui fait très peu (voir pas) parler de lui.
Le 30 janvier 1945 3 torpilles tirées d’un sous marin soviétique détruise le bateau faisant environ 9000 morts. La majorité des passagers étaient des civils, et parmi ceux ci environ 4000 à 5000 enfants…Tout cela a eu lieu durant l’Opération Hannibal, opération au cours de laquelle plus de 2 millions de personnes (civils et soldats) ont été évacué par la mer. D’autres navires ont également été coulé durant cette période faisant également des milliers de morts. Tout ceci Ruta Sepetys en parle à la fin du livre dans ses notes où elle partage les recherches qu’elle a faite avec nous. C’est très intéressant et montre à quel point elle s’est vraiment investit dans son livre. Qui est certes un roman, mais qui parle tout de même de l’Histoire. De choses (et autres horreurs) qui se sont réellement produites.

Ruta Sepetys choisit de raconter cela du point de vue de 4 personnes.
4 jeunes adultes qui ont été dépossédés de tout. Famille, amis, patrie, biens personnels.
Il ne leur reste que leur courage, leur force, leur volonté pour parvenir à se mettre en sécurité.
Leur but pour 3 d’entre eux est d’atteindre le port afin d’embarquer sur n’importe quel navire.
Le dernier, je vous laisse découvrir son histoire.
Il y a Florian, le jeune prussien qui cache quelques secrets , Emilia la jeune polonaise apeurée qui n’est pas en reste côté secret, Alfred le mousse allemand et Joana la jeune infirmière réfugiée lituanienne.
Et puis avec ces personnages principaux forts, il y a les personnages secondaires. Qui marquent pour certains au delà de ce que l’on peut exprimer. De ceux qui laissent une trace.

Difficile de dire ce que ce livre m’a fait traverser.
Je ne saurai pas lui rendre justice.
L’auteure a pris le parti de traiter de faits réels, en les romançant certes. Mais sans jamais en faire trop.
Elle ne minimise pas l’horreur de cette période, elle ne l’édulcore pas non plus. Elle en parle avec des mots justes, qui prennent aux tripes, bouleversent et vous transportent.

J’adore l’alternance des points de vue. Et avec ce livre j’ai été servi. 4 points de vue différents. De personnages totalement différents. Les chapitres sont plutôt courts la plupart du temps et la lecture est de ce fait très fluide. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter de lire. Je voulais toujours en savoir plus.
Même si le dénouement est en partie connu, vous voulez encore rester un peu avec eux tous. Partager leurs peines, leurs découvertes, leurs choix, leurs erreurs, leurs pertes, leurs petites joies, leurs amitiés, leurs amours, leurs ruses, leurs forces, leurs faiblesses, leurs secrets… et tant d’autres choses encore!
Je me suis préparée tout le long à ce que ce soit difficile et douloureux, mais malgré cela cette lecture a tout de même été intense, traumatisante et à la fois lumineuse.
Parce que même si cette lecture est difficile, au milieu de l’Horreur, Ruta Sepetys arrive malgré tout à transmettre un message d’Espoir.
Et je lui tire mon chapeau. Elle réussit avec brio à parler d’un pan de l’Histoire.

« Au moment où l’on croit que la guerre nous a pris tout ce qui nous était le plus cher au monde, on rencontre quelqu’un et on se rend compte qu’on a toujours plus à donner »

« J’ai pleuré parce que je n’avais pas de chaussures, jusqu’à ce que je rencontre un homme qui n’avait pas de pieds »

« Une mère, c’est une ancre dans la vie. Une mère, c’est un réconfort. Une mère, c’est un chez-soi. Une fille qui a perdu sa mère n’est plus qu’une minuscule embarcation sur une mer déchaînée. Il y a des bateaux qui finissent par atteindre le rivage. Et d’autres, comme moi, qui semblent s’éloigner davantage de la terre ferme »

« La nature. Voilà une chose que la guerre ne pourra pas me prendre non plus. Les nazis ne peuvent pas arrêter le vent et la neige; les Russes ne peuvent pas s’emparer du soleil, ni des étoiles

Publié dans Coup de coeur, Romans, Témoignage | Tagué , , , , | 1 commentaire

Lady Susan – Jane Austen

product_9782070337569_195x320

4 ème de couverture :

Une veuve spirituelle et jolie, mais sans un sou, trouve refuge chez son beau-frère, un riche banquier. Est-elle dénuée de scrupules, prête à tout pour faire un beau mariage, ou juste une coquette qui veut s’amuser ? Le jeune Reginald risque de payer cher la réponse à cette question…

 

Mon avis :

Ah Jane Austen!
Une de mes auteures favorites.
Et je n’avais pas lu ce court livre d’elle.
Et puis l’adaptation cinématographique a été annoncée et je me devais de lire le livre avant d’y aller.

Donc Lady Susan c’est un très court roman (moins de 100 pages) basé sur des échanges épistolaires essentiellement.
Entre Lady Susan, son amie Mme Johnson , Mme Vernon, sa mère Lady de Courcy et Mr de Courcy pour les principaux. Certains échangent les un avec les autres, d’autres n’auront aucun contact.
Lady Susan est veuve depuis quelques mois et a une réputation plutôt sulfureuse pour l’époque (c’est le moins que l’on puisse dire) Bien faite de sa personne elle ne fait pas ses plus de 30 ans mais bel et bien 10 ans de moins et joue de ses charmes et de sa verve pour tenter de manipuler tout son petit monde comme elle l’entend et surtout à son avantage.
Au cours de ses échanges nous voyons tantôt le vrai visage de Lady Susan lorsqu’elle s’adresse à son amie et l’image qu’elle se donne en apparence dans les lettres des autres qui décrivent ses comportements et attitudes quotidiens.

Lady Susan vous voulez la détester complètement, elle n’est absolument pas attachante. Elle méprise sa propre fille au point de vouloir la marier contre son gré. Elle est rusée, perfide, manipulatrice, belle et sûre d’elle…
Mais en même temps, vous l’admirez un peu et elle m’a même fait parfois sourire. Car elle est capable de se sortir de toutes les situations peu importe jusqu’à quel point elle est embourbée. Elle arrive à tirer parti de tout et de tout le monde. Ses ressources semblent inépuisables. Lady Susan ne pense qu’à elle et peu importe les dommages collatéraux. Quand bien même cela puisse concerner sa propre famille.
Le personnage le plus détestable de Jane Austen et de très loin.
Mais très intéressant à suivre et à analyser.

J’ai également beaucoup apprécier le personnage de Mme Vernon, sa belle soeur (la femme du frère de son défunt mari) Celle ci est une des rares à voir clair dans son double jeu depuis le début et à tenter de sortir des griffes de Lady Susan toutes les victimes innocentes qu’elle peut. Elle fait cela de manière plus ou moins subtiles parfois mais en ne pensant qu’au bien d’autrui.
L’inverse complet de Lady Susan en somme.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture. Et surtout retrouver la plume de Jane Austen pour un roman (même si trop court à mon goût) que je n’avais pas encore lu)

Publié dans Chall'Eien'ge, Romans | Tagué , , | 3 commentaires