Georges, le monde et moi – Illana Cantin

41711386

 

4ème de couverture :

Avant, je me serais décrit comme le mec de base : des notes dans la moyenne, une famille aimante, un petit groupe d’amis.
Avant, j’étais l’archétype du geek qui termine avec la jolie fille à la fin d’un film.
Bref, j’avais une vie banale.
Et puis Georges a débarqué, avec son franc-parler et ses blagues pourries, et tout a changé. Mon monde s’est désaxé.
Clairement, je n’allais pas finir avec la jolie fille.

 

Mon avis :

Une très belle surprise que ce livre!
Dévoré en une journée (ce qui est à souligner en pleine panne de lecture!)

J’ai adoré les titres de chapitres qui intriguent et révèlent à demi mots le contenu potentiel sans trop en dire. Ils donnent envie forcément de lire le chapitre suivant à chaque fois pour en comprendre la signification.
J’ai beaucoup aimé la plume de l’autrice et le ton qu’elle donne au récit. L’histoire est racontée du point de vue de Priam, notre personnage principal.
Le récit est rempli d’humour, de références mythologiques grecques (pour la plupart) et certaines des actions/réactions des personnages sont juste mythiques. J’ai beaucoup souri et aussi ri toute seule. Et qu’est-ce que ça fait du bien!

Mais là où l’autrice m’a totalement conquise c’est sur les personnages.
Priam est un adolescent lambda. Tout ce qu’il y a de plus banal comme il aime à le dire lui même.
Une vie classique, des amis, un cursus scolaire sans vague. Amoureux de sa meilleure amie qui ne le voit pas du tout comme un potentiel prétendant.
Rien de palpitant sur le papier donc.
Jusqu’au jour où Georges arrive de manière totalement dingue dans sa vie. A l’image de Georges, j’ai envie de dire.
Une amitié se noue rapidement entre les deux jeunes hommes et dès le départ les choses sont claires entre eux : Georges est gay, Priam ne l’est pas.
Et pourtant…
On assiste peu à peu à l’évidence. Celle que Priam refuse de voir et de comprendre.
Et pourtant…
Tout au long de cette année de terminale décisive en enjeux et futur, nous suivons le chemin de Priam. Les choix qu’il fait, les erreurs qu’il commet. Et ça sonne parfaitement juste.

Ce livre ça a été un peu des montagnes russes émotionnelles.
J’ai eu aussi le coeur totalement brisé pour Priam à un moment et ce sera mon petit bémol du livre car je trouve que ce passage était un peu too much et tiré par les cheveux à mon goût, un brin cliché.
Même si quand on est adolescent on agit sur des coups de tête et des coups de coeur, j’ai un peu tiqué là dessus (mais ça ne m’a pas enlevé mon plaisir de lecture!)

Ce roman traite de l’adolescence, de la découverte de soi, de l’acceptation, de la différence, d’aimer (et pas seulement d’aimer un genre, un sexe, mais d’aimer, tout simplement)
Je me suis attachée aux personnages et au petit groupe d’amis de Priam. C’était addictif et je voulais savoir où tout cela allait mener Georges et Priam.
J’ai eu le coeur un peu serré de les quitter.
Mais la fin m’a plu telle qu’elle était.
Et c’est à souligner car il s’agit d’une fin plutôt ouverte. Mais qui fait sens et qui est très douce et porteuse d’espoir.

Ce livre c’est une jeune fille avec une batte de baseball, des amis, un dessous de lit, des maths, un oreiller, des tags, des vacances, un canapé déplacé, la Bretagne, de l’incompréhension, un bord de mer, un baiser, une soeur, un tableau qu’il faut ressentir, des jeux de mots sur la mythologie, de l’incertitude, des convictions, des décisions, des peurs, un anniversaire raté, des crises d’angoisse, une disparition, aimer sans se soucier de qui on aime, un psy, une hospitalisation, des retrouvailles, un avenir… et tellement plus encore!

Publié dans M/M, Romans | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Shades of Magic (T1) – V.E. Schwab

35393282.jpg

 

4ème de couverture :

Un autre monde vous attend, là, de l’autre côté du mur…

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahi quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.

Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce 1er tome (sur 3)
L’auteur prend son temps pour poser les bases d’un univers plain de subtilités et de magie ainsi que pour nous permettre de faire connaissance avec des personnages tous très hauts en couleurs!

Kell, un des personnages principaux, est un Antari. Un magicien qui a des capacités plus importantes que la moyenne dans des mondes où la magie est fluctuante.
En effet Kell maîtrise la magie des éléments (tous les éléments, pas un seul, deux ou trois) mais il a aussi la capacité de passer d’un Londres à l’autre.
Car dans ce roman, le Londres rouge où vit Kell baigne encore dans la magie et tout y est en équilibre. Mais il y a deux autres Londres encore viables. L’un est dépourvu quasiment de toute magie, le Londres gris, et dans l’autre la magie est devenue un combat et la violence règne, c’est le Londres blanc (dirigé par des tyrans sanguinaires et sans limite)
Et il y a le mystérieux Londres noir. Dont il est question avec crainte.

Kell va faire de mauvais choix et se retrouver avec une pierre maléfique. Malheureusement celle ci est dotée de pouvoir qui ne doivent absolument pas se retrouver entre de mauvaises mains.
En cherchant comment s’en débarrasser et surtout qui veut cette pierre dans le Londres gris, Kell va rencontrer Delilah Bard (Lila), jeune voleuse hors pair qui se trouve en bien fâcheuse posture et va au passage dérober la pierre à Kell. Sans se douter un instant des pouvoirs qu’elle peut renfermer.
Les voilà tous les deux engager dans une course contre la montre pour parvenir à se débarrasser de leur encombrant et maléfique « cadeau ».

J’ai adoré la plume de l’auteur.
Les différents Londres sont criants de vérités. Tout n’est pas blanc ou noir (sans mauvais jeu de mots), ils sont remplis de subtilités, d’apparences parfois trompeuses.
Les rebondissements s’enchainent. Certains que je n’ai même pas vus venir (et pourtant à force de lire il est difficile de me surprendre encore autant)
L’univers est d’une richesse incroyable et rempli de surprises inattendues. Le récit m’a menée par le bout du nez du début à la fin.
J’étais émerveillée de tourner les pages pour en apprendre encore plus et pour savourer encore plus ma découverte de l’univers.
L’humour et une pointe de sarcasme bien présents rendent également le récit encore plus savoureux et addictif!

Sans parler des personnages qui sont fournis, denses, emplis d’ombres pour certains.
J’ai aimé Kell qui reste en partie mystérieux à la fin de ce 1er tome. Nous apprenons beaucoup de choses sur lui mais il plane encore énormément de mystères notamment sur ses origines.
C’est un personnage tout en dualité. On le sent déchiré et torturé. Tiraillé intérieurement.
J’ai beaucoup aimé découvrir Lila. Petite voleuse, garçon manqué. Qui n’a pas peur de tuer pour survivre et qui très souvent ne doute de rien. Derrière ses dehors bourrus et distants se cache un personnage en or.
Mais celui (dans les personnages principaux) qui m’a le plus intriguée, c’est Holland. Enormément de mystère autour de lui. Il est manipulé la plus grande partie de ce 1er tome. Et la fin nous laisse carrément sur notre faim!

C’est un univers noir et sans faux semblant qui est décrit.
Dur, empli de noirceur.
Ce n’est pas toujours facile à lire car la plume est à l’image de l’univers : cruelle et sans pitié.
Mais qu’est ce que c’est savoureux!
Et l’auteur sait nous mettre l’eau à la bouche avec une fin haute en couleurs et révélations.
J’enchaîne très logiquement avec le tome 2 (et je me félicite d’avoir attendu la sortie de la trilogie entière pour en débuter la lecture!) Et je suis également contente de ne pas avoir cherché à en savoir trop sur ce roman car quand les lecteurs s’emballent j’ai tendance à attendre trop du livre et à être déçue. Heureusement ce ne fut pas le cas!

Publié dans Fantastique, Fantasy, Romans | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Moi après mois : Novembre 2018

Ce rendez-vous a été instauré par Mokamilla. Afin de raconter à demi mots (ou non) le mois écoulé.

 

46061341_10156421958619818_3484833578032824320_n

« L’amitié n’a pas le don de guérir les grandes douleurs, mais elle les soulage. » Henri Lacordaire / La saison de la mâche est officiellement ouverte / Les portes ouvertes Omikao qu’il me tarde de voir arriver / M’acheter une nouvelle couverture doudou chez mon dealer préféré / Ces patients qui apprécient les séances de Reiki proposées / Recevoir le Lili White / Dîner en famille chez Eux et passer un doux moment / Max qui prie les Anges tous les soirs / « Nous sommes tous un rayon de Soleil pour quelqu’un… Mais on ne le sait pas toujours »  Saint Exupéry – Le Petit Prince / Préparer mon envoi de colis / Faire des sablés / Et déguster / Et surtout partager /

46031593_10156420135864818_588377993764667392_n

Les téléfilms de Noël / Recevoir mon mala de fil en pierre / Les synchronicités / Avoir le coeur littéralement brisé pour Eux / Rencontrer Lya / Partager ce doux moment avec Elles / il ne manquait que Lui… / Offrir des labradorites / Renouer avec quelqu’un / Cette randonnée nocturne avec Elles à cause des grèves de métro / Recevoir ma Nebula / Commander une autre toile / Moola Mantra et nouvelle « formation » / Essayer d’être là pour Elles au maximum / Ce lever et ce coucher de soleil qui me font sourire / La magie est partout /

« Rester en colère, c’est comme saisir un charbon ardent avec l’intention de le jeter sur quelqu’un ; c’est vous qui vous brûlez. » Bouddha / Profiter de ma famille de Coeur / Recevoir mon swap de Noël / Et celle qui recevait le mien / You’re somebody else /  2 ans après, ma Petite Guerrière qui a défié tous les sombres pronostics ❤ / Croire en sa bonne étoile / Être épuisée / Travailler la colère / Puis la tristesse / Et l’Univers qui m’envoie les situations pour travailler dessus… / Lire peu, mais ne pas lutter / Ces plumes blanches qui fleurissent un peu partout et n’importe quand /

46156381_10156426822949818_5315544945363255296_n

Ceux qui se réconcilieront peut être / Laisser les choses se faire / Valider le 1er niveau de la RESC / Ces débuts de nuit parfois complexes / Ces vibrations qui changent ma vie / « Qui cherche l’infini n’a qu’à fermer les yeux » Milan Kundera / Lâcher prise / 6 ans après, être toujours aussi heureuse de cette nouvelle qui l’annonçait guéri / Atteindre les étoiles, la tête dans la lune / Celle qui rencontrait Régine / Être soi même / Discuter et repartir sur de nouvelles bases / Prendre sur soi et se remettre en question / Avoir besoin d’être seule / Beaucoup / Prendre de la distance / Avoir envie d’écrire… / Mais peu écrire sur ce mois de novembre difficile /

44407241_10217860289608405_7979170026097737728_n

Inspirer… / Expirer… / Et tout ce que je ne dis pas…

 

large

Publié dans Moi après mois, Tranches de vie... | Tagué , , , , , | 1 commentaire

Abélard et Lily – Laura Greedle

41316565

 

4ème de couverture :

L’amour, c’est être irrémédiablement cassé aux yeux de tous et trouver quelqu’un qui pense que vous êtes parfait.
Lily est volubile, maladroite et spontanée.
Abélard est brillant, très vite contrarié et toujours dans sa bulle.
Elle est hyperactive.
Il a le syndrome d’Asperger.
Ils aiment tous les deux les anciennes lettres d’amour.
Ils tombent amoureux l’un de l’autre. Vraiment, passionnément.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé l’histoire d’Abélard et Lily.
Une histoire toute en délicatesse et en finesse sur la différence, le handicap, le regard des autres.

Lily c’est une pile, un électron libre. Toujours en mouvement, spontanée (sans doute parfois trop), hyperactive.
Elle porte un tas d’étiquettes que les médecins lui ont données. Elle prend des tonnes de médicaments. Parfois.
Abélard vit dans son monde. Calme, seul. Il a le syndrome d’Asperger et a beaucoup de mal dans ses relations avec les autres. Les liens sociaux ce n’est pas son fort.

Et puis il y a ce moment.
Ce moment où Lily (re)découvre Abélard. Où Abélard s’ouvre à Lily.
Deux adolescents différents, dans l’univers impitoyable du lycée. Qui découvrent les sentiments, la frustration, la différence, l’adaptation, le sacrifice. Tout en étant considérés en marge de la « normalité ». (mais clairement aujourd’hui, qu’est ce que la normalité ?)

C’est un livre rempli d’humour, de référence à la littérature (avec Les Lettre d’Abélard et Héloïse)
On aurait pu clairement tomber dans l’overdose de bons sentiments, de mélodrame et flirter avec le « gnangnan ».
Mais avec moi ça l’a fait totalement.
J’ai aimé suivre l’évolution de leur relation débutante et timide. Leur maladresse respective, leur détermination parfois alors qu’ils sont si jeunes, leur émerveillement, leur décalage avec leurs pairs.
C’était doux. Mais aussi poignant.
Ce n’était pas si facile que ça en avait l’air.
Des décisions ont été prises. Difficiles.
Le ton de Lily tout au long du roman transporte. Elle a ce don de vous emmener en voyage avec elle. Elle m’a donnée envie de lui tenir la main et de lui dire que tout irait bien. Même si je ne pouvais pas en être sûre.
Elle m’a donnée envie de rencontrer Abélard et ses robots. Et de lui faire des câlins pour lui dire aussi que tout irait bien (même s’il ne supporte que difficilement les contacts physiques)
La fin est très ouverte.
D’habitude je n’aime clairement pas ça et ça peut me faire passer totalement à côté du livre (oui oui même si c’est la fin, ça annule tout le reste)
Et là, ça ne m’a pas gênée. Car ça sonne tellement juste que ça va, je le vis bien.
C’est presque une première et ça valait le coup d’être souligné!

Je suis vraiment tombée sous le charme de l’histoire d’amour d’Abélard et Lily.
C’était un doux moment de lecture.

Publié dans Romans | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

La servante écarlate – Margaret Atwood

2241743

4ème de couverture :

Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l’Ordre a été restauré. L’Etat, avec le soutien de sa milice d’Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d’un Evangile revisité. Dans cette société régie par l’oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L’une d’elle raconte son quotidien de douleur, d’angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d’une vie révolue, d’un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.

 

Mon avis :

Bien que je comprenne l’emballement général, je serai beaucoup plus modérée.
Si j’ai aimé le style de l’autrice qui est très immersif et l’ambiance qui est palpable et très réaliste toujours du fait de la plume, la fin a fait s’écrouler mon intérêt.
Je ne la dévoilerai pas mais je me suis dit « tout ça pour ça? »
Lisant la dernière phrase, je ne pensais pas qu’elle était la dernière phrase du livre et j’ai donc tourné la page. Pour me trouver face au néant.
Intense frustration.
Après certes, tout est une question de goût.
Je n’apprécie pas les fins trop ouvertes. J’aime savoir au moins un minimum où vont les personnages (sans forcément demander un épilogue sur les 50 années à venir) (quoique…) mais là…
Ce n’est même plus une fin ouverte, c’est une autoroute.
Sachant qu’il n’y a pas de suite au livre.
Je me demandais d’ailleurs pourquoi la série serait en plusieurs saisons, là où il n’y avait qu’un seul livre à adapter. Je comprends vraiment mieux maintenant!

Ce roman dystopique n’en reste pas moins glaçant de vérité.
Parce qu’il a été écrit il y a plus de 30 ans et pourtant fait cruellement penser à l’Amérique actuelle.
La part de dystopie a rejoint tristement la réalité du présent.
Nous n’en sommes certes pas au stade de ce qui se passe dans le roman, mais qui sait si dans quelques années ce ne sera pas le cas ?
ce livre fait ressentir une sorte de besoin d’urgence de profiter, de vivre, de lutter pour sa liberté.
L’héroïne se perd entre passé, présent, réalité, imagination. Et l’autrice arrive à nous perdre avec elle. Nous sommes dans cette sorte d’état latent où nous ne savons plus non plus quelle est la part de réalité et la part de folie.

Evidemment, je n’irai pas jusqu’à dire que la fin enlève au livre tout intérêt.
Mais traversant toujours actuellement une panne de lecture qui se traîne, j’ai mis environ 3semaines à lire ce livre. Et autant dire qu’il ne m’aura pas réconcilié avec la lecture…

Publié dans Romans | Tagué , , | Laisser un commentaire

Demandez à vos guides – Sonia Choquette

29599069

 

4eme de couverture :

Nous sommes tous des êtres spirituels dotés d’un «réseau de soutien» dans l’au-delà. Les êtres qui composent ce réseau supervisent le déroulement de notre vie et nous guident dès l’instant de notre naissance jusqu’à celui où nous quittons notre enveloppe physique pour retourner à l’Esprit. L’ignorance de cette réalité constitue un grave handicap, car l’Univers est conçu pour prendre soin de nous, ses créatures, et pour nous aider à réussir notre vie. Lorsque nous savons entrer en contact avec nos guides angéliques, nous découvrons une nouvelle aisance qui nourrit notre âme, nous accompagne dans l’accomplissement de notre mission de vie, et nous assure un séjour sur Terre rempli de belles découvertes. Ce livre fascinant et inspirant renferme tout ce dont vous avez besoin pour prendre contact avec vos esprits guides afin de connaître la joie, l’abondance et l’amour infinis que vous méritez.

 

Mon avis :

Un livre un peu différent à présenter. J’ai vécu un bouleversement spirituel il y a quelques mois et mes lectures ont quelques peu changé suite à ça. Les articles se sont d’ailleurs espacés car je lis beaucoup moins. Je lis différemment.

 

Ici, il s’agit d’un livre très fourni si l’on s’intéresse effectivement à l’univers qu’il aborde.
Sinon il vaut mieux passer son chemin car il ne vous parlera sans doute pas. Et vous apparaîtra même sans doute comme totalement « perché ». Mais chacun ses convictions et ses croyances. L’essentiel est de respecter.
Sonia Choquette est très réputée et je possède un de ses jeux « la réponse est simple » que j’aime beaucoup (oui il s’agit d’un oracle) (oui je tire les cartes) (et oui je suis également actuellement formée au 2eme de Reiki avec le 3eme degré prévu pour mi 2019)

Dans ce livre elle prodigue des conseils, parle de sa propre expérience et partage les expériences de ses proches ou de certains de ses consultants concernant les guides spirituels. Les anges, les guides, Dieu. Peu importe quel nom vous donnez finalement à tout cela.
Pour certains cela pourrait apparaître comme une succession d’exemples sans réelles explications mais je ne suis pas d’accord.
Les exemples illustrent ses propos et les renforcent. Ça donne une dimension encore plus importante à son message.

Elle donne des pistes à explorer, elle ouvre de nouvelles perspectives. On pourrait dire qu’elle donne envie d’y croire. Mais si simplement nous nous faisions confiance et si nous nous écoutions ? Et que plutôt que d’essayer de croire, nous écoutions notre coeur et éteignons notre mental, notre ego et nos peurs ?

Ce livre m’a beaucoup parlé. Il a des post it partout! (29 je viens de les compter)
Mais encore une fois c’est dû à mon cheminement actuel qui n’est pas celui de tout le monde. Et c’est normal. Nous cheminons tous à notre propre rythme.

Publié dans Témoignage | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Minute, papillon ! – Aurélie Valognes

34829113

 

4eme de couverture :

Dans la vie, on a tous droit à une deuxième chance.
Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s effondre.
Cette ex-nounou d enfer est alors contrainte d accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique.
Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

 

Mon avis :

Encore une jolie lecture sans prise de tête avec Aurélie Valognes.
Traversant toujours une phase compliquée au niveau lecture, ce roman était une valeur sûre!

On y suit une mère célibataire peu épanouie, angoissée, qui se plie aux désirs des autres et s’oublie totalement.
Suite à un enchaînement d’imprévus et des mauvaises nouvelles la voilà devenue dame de compagnie. Travaillant pour l’insupportable Véronique (ne pensant qu’à son image et à ses relations sociales)
Elle s’occupe de Colette la mère de Véronique, une vieille dame très à cheval sur la propreté et cordon bleu à ses heures perdues.

Cet emploi va changer la vie de Rose. Tout va être remis en perspective.
Elle va se redécouvrir, faire le deuil de nombreuses choses, apprendre à se battre pour d’autres. Et réaliser qu’Elle compte.

Une plume toujours prenante avec un subtil sens de l’humour qui allège les thèmes les plus difficiles.
Des chapitres courts que l’on dévore.
J’étais très curieuse du dénouement.
Et si oui c’est un peu facile, qu’on tombe dans certains clichés et qu’il y a de nombreux raccourcis, j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui était une agréable pause hors du temps.

Publié dans Romans, Romans doudous | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire