L’équation de l’amour et du hasard – Jennifer E. Smith

01.wir.skyrock.net

Et bien une fois n’est pas coutume! (oui again!)

Je vais chroniquer un livre qui avait du potentiel… mais qui m’a laissée frustrée… et sachez-le je n’aime pas être frustrée!!

Tout démarre sur une erreur d’adresse mail. Un envoi à la mauvaise personne, qui finalement se révèle être peut être celle que l’on recherche ?

C’est ce qu’il arrive à Graham et Ellie. Que tout sépare et que tout devrait opposer.

Quelle était la probabilité qu’ils se rencontrent, qu’ils se comprennent, qu’ils s’apprécient, qu’ils s’attachent ? Et bien sans doute quasi nulle. Et pourtant…

Il y a beaucoup de secrets et de non dits.

De pression médiatique. Quelques mails (trop peu à mon goût!)

Une petite rivière, des levers et des couchers de soleil, une fête du 4 juillet, une meilleure amie trop peu exploitée, un père absent, une mère surprotectrice, une héroïne rousse aux yeux verts (d’ailleurs, c’est moi où quasi toutes les rousses ont les yeux verts dans les livres? A bas les clichés trop faciles s’il vous plaît…), un héro beau, riche célèbre (on avait dit à bas les clichés il me semblait…)

Alors pourquoi suis-je frustrée ?

Parce que surtout : la fin bordel… (oui « bordel » tout à fait!!)

Ce n’est pas une fin!!!!!!!

Attention SPOILERS !! (et pas que sur la fin!)

Ellie et sa mère sont parties plus ou moins se cacher dans une petite ville car le père d’Ellie est un sénateur en passe d’acquérir une plus grande notoriété encore. Lors du we du 4 juillet, Ellie apprend qu’il sera avec sa famille (dont elle ne fait pas partie ce dont elle souffre hein!!!) dans une ville non éloignée de la sienne. Ni une ni deux, elle décide d’aller le voir.

Lors de la rencontre, il prend un bain de foule, sert des mains etc… il serre celle d’Ellie et basta. Ne la reconnaît pas. Effectivement, il ne l’a pas vue depuis des années!

Mais entre temps elle apparaît dans les journaux en photo avec Graham (qui est en réalité un jeune acteur célèbre pour tout vous dire) et le rapprochement sur le fait qu’elle soit la fille illégitime du sénateur apparaît noir sur blanc.

Et bien son père ne la contactera pas. Alors que selon le discours de la mère d’Ellie, s’il a quitté leurs vies c’est sur sa demande à elle. Qu’il a toujours adoré sa fille…

Bref !!!!

Ensuite. Bon ça va peut être sembler ridicule… Graham fait un dessin à Ellie (comble du romantisme mes amis, comble du romantisme…), lorsqu’ils se disputent (car oui forcément cela arrive), elle décide de le mettre dans un des cadres (dans lesquels elle expose d’habitude ses poèmes favoris dans la boutique de sa mère) à la vue de tous. Et bien je vous le donne en mille!!! On n’en parle plus par la suite! Même Graham ne semble pas l’avoir vu… alors que la ville compte 5 magasins à tout casser… Je vous le demande à quoi bon nous faire un chapitre quasi entier sur ce dessin et sa réalisation si c’est pour le zapper aussi facilement ensuite ?

Et puis il y a Quinn, la meilleure amie d’Ellie. L’auteure a trouvé une parade assez géniale pour ne pas avoir à trop parler d’elle pendant l’histoire. Elles se disputent dès le début. Et se réconcilient (de façon complètement téléphonée) peu de temps avant la fin. Se donnent rendez vous avec leur mecs respectifs au bord de la rivière (toujours cette fameuse rivière!) mais au bord de cette rivière en fait il n’y aura que Graham et Ellie. Je cherche toujours Quinn et son copain (si vous les voyez, faites moi signe, n’hésitez pas, question de survie!)

Et la fin…

Et bien on ne sait pas. Je veux bien qu’on laisse aux lecteurs une marge pour qu’ils puissent laisser libre court à leur imagination mais bon…

On laisse Graham et Ellie au bord de leur rivière, sur leur rocher, à attendre le lever du soleil. Le tournage du film de Graham dans la ville d’Ellie se termine sous peu. Ils ne se sont rien promis. Ils s’aiment au delà des mots. Et se reverront « peut être »…

Non mais sérieux ?!?!?! What’s the fuck????

Bref frustrée je suis… et pourtant ce livre avait du potentiel…

Peut-être que je deviens trop exigeante ?

Il ne me laissera donc pas un souvenir impérissable.

Pardon ?

Ah… on me signale qu’il ne me laissera pas de souvenir du tout… (c’est pas totalement faux effectivement!)

Je tiens quand même à dire que j’avais lu il y a quelques temps : La probabilité statistique de l’amour au premier regard. De la même auteure. Que j’avais beaucoup aimé. Vraiment. Donc d’autant plus désappointée I am.

(et avec toutes ses histoires de probabilité, d’équation etc… je me demande bien quel sera le prochain titre de l’auteure…il s’agit peut être d’une fétichiste des maths…)

« Les souvenirs d’enfance sont comme les bagages d’un avion : si loin qu’on veuille aller avec, si longtemps qu’on veuille les garder, on n’aura jamais le droit qu’à deux sacs »

« Il y a différentes sortes de bonheur. Certains n’ont pas besoin d’être vérifiés »

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s