Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre – Ruta Sepetys

0ce qu'ils n'ont pas pu nous prendre

Lina, 15 ans, est une jeune lituanienne ayant un don pour le dessin. Un nuit de juin 1941, elle est arrachée à son foyer par des soldats soviétiques. S’ensuit un long périple pour une déportation au delà des frontières. Accompagnée de son frère et sa mère, Lina lutte. Pour rester en vie, pour survivre, pour protéger les siens, pour se protéger elle-même.

Leurs conditions de survie sont horribles, les humiliations constantes, mais Lina ne cède rien. Pour la soutenir il y a sa famille, ses compagnons de galère et Andrius, jeune lituanien de 17 ans qui lui aussi fait parti de cet abominable voyage.

 

Il est des livres dont il est difficile de parler. Tant il est dur de trouver les mots pour leur rendre hommage. Des livres dont les mots vous emportent, vous bouleversent, vous transpercent, vous horrifient, vous captivent, vous indignent, vous font trembler. Des livres dont la magie opère.

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre est un coup de cœur. Un hommage vibrant à tous ceux qui ont péri au nom des idéaux démesurés et inadaptés de quelques fous. Un hommage à ceux qui ont survécu et surtout à ceux qui ont sur pardonner l’Horreur (quelle force, pour en arriver à pardonner!)

Un premier livre totalement bouleversant qu’on ne peut lâcher, porté par une écriture incroyable. Oui, ce livre est triste, décrit l’horreur mais ce livre est beau et fort.

Je ne peux que le conseiller. Je l’ai adoré. J’aimerai qu’un maximum de personnes le lisent, pour ne pas oublier, pour se rappeler. Car certes ces faits appartiennent au passé, mais un passé qui s’est mainte et mainte fois répété. Et qui pourrait encore se renouveler. Alors il ne faut pas oublier. Parce que nous ne serons, malheureusement, jamais à l’abri de la bêtise humaine.

Car croyez-moi, une fois refermé, vous ne pourrez que bénir la chance que vous avez d’avoir un toit sur votre tête, de quoi manger, de quoi boire, de quoi vous laver, d’avoir accès à la culture. Bref, d’être libres.

 

« – Andrius, commençais-je soudain, j’ai… j’ai peur!

Il s’arrêta net et se tourna vers moi.

– Non, Lina. N’aie pas peur. Tu ne dois rien leur donner, même pas ta peur.  »

 

« Il n’y avait que deux issues possibles en Sibérie : ou bien survivre, c’est à dire réussir, ou bien mourir, autrement dit, échouer. J’avais choisi la vie, j’avais choisi de survivre »

 

« Vous êtes-vous jamais demandé ce que vaut une vie humaine ? Ce matin-là, mon petit frère ne valait pas plus qu’une montre à gousset. »

 

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Histoire, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre – Ruta Sepetys

  1. Cess dit :

    Coup de coeur pour moi aussi. Un sublime livre…

  2. Ping : Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys | Emi-lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s