Le faire ou mourir – Claire-Lise Marguier

le-faire-ou-mourir

Comment parler de ce livre en lui rendant tous l’hommage qu’il mérite ? Tellement difficile.

Damien 15 ans est un être très sensible. Renfermé sur lui, très intelligent, il subit sans un mot les agressions quotidiennes des autres à son encontre.  Mais un jour, au cours d’une énième agression de la part du groupe de skateurs du lycée, Samy s’interpose. Pour Damien.

Samy qui fait parti de la bande de gothiques du lycée. Mèches de cheveux savamment sculptées, maquillage noir, piercings… Cette bande d’amis qui va accepter d’intégrer Dam sans le questionner. En le laissant venir à eux petit à petit. Cette bande qui va s’inquiéter pour lui. Le protéger.

C’est une bouffée d’air pur pour Dam. Car  sa vie de famille est loin d’être rose : ses parents qu’il côtoie par la force des choses. Son père qui prend plaisir à l’humilier et à souligner sa sensibilité exacerbée en le rabaissant. Sa mère indifférente. Sa soeur, fierté de la famille, qui n’hésite pas à se moquer de lui ou l’ignore.

Le ton du livre est très particulier, intimiste. Ecrit du point de vue de Dam qui prend parfois le lecteur à partie. Il n’y a pas de chapitre, pas de pause. Tout s’enchaîne dans un langage très vivant et imagé qui peut peut-être déranger mais qui moi m’a complètement emportée.

J’ai vécu les émotions de Dam. J’ai tremblé avec lui. Eu peur pour lui. J’ai eu envie de le prendre dans mes bras et de lui dire que tout allait bien se passer. J’ai eu envie de frapper son père. Le ton est juste. Cru. Mais juste. Tellement juste!

Et puis vient le temps du « le faire ou mourir ». Quand le trop plein de souffrances, d’émotions, de luttes intérieures vous amène au point où tout pourrait basculer. Tout s’accélère. Que se passera-t-il ?

Et là l’auteure nous offre en quelque sort deux fins. Mais je ne peux me résoudre à accepter la première. Rien n’indique qu’une ou l’autre soit la « réalité ». J’ai choisi la deuxième version. Il ne peut pas en être autrement. Je ne m’en remettrai pas sinon.

Le faire ou mourir, c’est une énorme coup de cœur. La raison pour laquelle je lis. Pour découvrir des livres comme celui-ci. Pour vibrer. Être bouleversée. Parce que le pouvoir des livres est magique. Le pouvoir des mots est infini. Pour ceux qui savent se laisser emporter. Ceux-ci ont tout compris.

 

Difficile de choisir des passages. J’aurai pu noter tout le livre. Et c’est rare. C’est unique.

«  »J’attire les coups aussi sûrement qu’un paratonnerre la foudre, et comme j’ai pas la force de les rendre, le mieux c’était encore d’attendre que l’orage s’arrête, que les nuages s’en aillent avant que je me relève. J’ai l’habitude. »

« On mettait la musique, on écoutait les paroles qui semblaient écrites juste pour nous, si c’était possible, on aurait habité dans des chansons parce que les textes nous convenaient vraiment, ça s’explique pas. »

« Moi des fois je me sentais vide, et d’autres fois trop plein, sans que jamais ça s’équilibre. »

« Ils se rendent pas compte à quel point c’est éprouvant d’avoir tous ces sentiments qui bouillonnent, d’être toujours en train de cogiter, de réfléchir, de prévoir des solutions de rechange à tout ce qui se passe dans le monde. De comprendre toujours plus vite. Tu finis par te retrouver loin devant, et loin devant c’est pareil que loin derrière, t’es tout seul, avec la différence que loin devant, les gens sont jaloux et curieux à la fois. Et cruels. »

« Il dit souvent on est des êtres très évolués avec des capacités infinies pour ressentir notre environnement. On ne peut pas réduire en esclavage des millénaires d’évolution. Il faut vivre les choses à fond. Il faut dire ce qu’on ressent, souvent les gens sentent pareil même s’ils le disent pas. Il faut pas aller contre ce qu’on ressent. Il faut pas laisser les autres décider pour nous. Il faut faire ce qu’on a envie de faire. Il faut pas passer à côté. »

 

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le faire ou mourir – Claire-Lise Marguier

  1. Cess dit :

    Une claque, j’ai adoré. Coup de coeur pour moi aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s