Le petit coeur brisé – Moka

petitCoeurBrise

 

4 ème de couverture :

La vie a commencé de façon plutôt tragique pour Mélaine : à un an, elle a perdu ses parents. A quatre, son grand-père. Et aujourd’hui qu’elle a onze ans, c’est sa grand-mère, Clarisse d’Avillon-Faucher, qui vient de mourir. Elle a toujours été seule et négligée, elle s’est toujours trouvée laide et inutile. Mais en quelques jours, tout bascule. D’abord, Mélaine hérite de la maison et de la fortune de sa grand-mère. Ensuite, elle est recueillie par deux vieilles cousines excentriques, Heidi et Gretchen, qui ont fait quatre fois le tour du monde comme photographes, et qui décident de la retirer de son collège chic et coincé pour lui apprendre elles-mêmes à nager, à manger des hamburgers, à dessiner les chats et à calculer l’éloignement des étoiles. Enfin, dans l’un des albums de photos de sa grand-mère, Mélaine découvre le portrait d’une petite fille inconnue qui porte au cou un médaillon en forme de coeur. Or Mélaine a hérité de sa grand-mère un pendentif… en forme de coeur, cabossé et brisé. Qui est la petite fille ? Qu’est-il arrivé au médaillon pour qu’il soit si abîmé ? Pour l’apprendre, Mélaine va devoir déterrer les sombres histoires de sa famille et affronter voleurs, assassins, et autres fantômes du passé.

 

Mon avis :

Je ne me souviens plus ce qui m’a décidé d’acheter ce livre mais je ne regrette pas! Au tout début de ma lecture, un je ne sais quoi me faisait penser à Marie Aude Murail dont j’adore la plume. Je me suis dit que c’était peut être parce que le livre était édité chez la même maison d’édition que les livres de l’auteure que j’avais déjà lus. Puis j’ai fait une petite recherche et j’ai découvert que Moka (qui est un pseudo d’écriture) est la soeur de Marie Aude Murail (comme quoi l’instinct!!)

Le ton du livre est résolument jeunesse mais c’est quelque chose qui ne me dérange absolument pas dans un livre.

Nous rencontrons Mélaine qui n’a pas été épargnée par la vie. Elle a perdu très jeune ses parents, sa grand mère l’a élevée (et est également décédée) et surtout elle a le sentiment d’être invisible et inutile. Être invisible est même devenue une seconde nature au point qu’elle n’est pas surprise d’être tout simplement oubliée et négligée. Pourquoi s’occuperait-on d’elle alors qu’elle n’est pas jolie, inintéressante et encombrante ?

Les sentiments de Mélaine à son propre égard sont très bien traduits. Et j’ai eu le coeur serré par cette fillette abandonnée de tout et de tous et qui ne croit même plus en elle même. Les deux vieilles cousines excentriques qui l’accueillent ne mâchent souvent pas leurs mots ou leurs attitudes mais elles permettent à Mélaine de s’ouvrir et de se découvrir tout au long de se petit roman. Elles lui permettent de s’épanouir et de sortir de sa réserve. Et Mélaine pourrait bien nous surprendre par sa perspicacité et sa ténacité! (ne jamais se fier aux apparences!)

En fond, nous avons une intrigue autour du fameux médaillon que Mélaine a toujours vu porté par sa grand mère (même brisé) et nous découvrons des secrets de famille qui ont longtemps été tus jusqu’à en être presque oubliés. Et l’on constate les ravages que les secrets peuvent causer à toute une famille. Tout en traitant de sujets difficiles comme la maltraitance (sans pour autant vraiment rentrer dans les détails mais je pense là encore car il s’agit d’un livre s’adressant à de jeunes lecteurs), ce livre parle également d’acceptation de soi et de la différence.

Je me suis doutée avant de la fin de quoi il retournait mais ce livre a vraiment tout pour plaire à de jeunes lecteurs! (et comme je suis jeune dans ma tête, c’est parfait!)

Ça a été pour moi une petite bulle d’air frais même si l’univers de Moka reste plus sombre que celui de sa soeur, j’ai aimé cette incursion dans son univers et je lirai sans doute d’autres livres de cette auteure (qui en a énormément écrit!!)

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le petit coeur brisé – Moka

  1. Oooooh je l’avais lu il doit y avoir plus de dix ans, j’avais beaucoup aimé 🙂

    Et je ne savais pas Moka était la sœur de Marie-Aude Murail !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s