The law of Moses – Amy Harmon

23252517

4 ème de couverture :

 If I tell you right up front, right in the beginning that I lost him, it will be easier for you to bear. You will know it’s coming, and it will hurt. But you’ll be able to prepare. Someone found him in a laundry basket at the Quick Wash, wrapped in a towel, a few hours old and close to death. They called him Baby Moses when they shared his story on the ten o’clock news – the little baby left in a basket at a dingy Laundromat, born to a crack addict and expected to have all sorts of problems. I imagined the crack baby, Moses, having a giant crack that ran down his body, like he’d been broken at birth. I knew that wasn’t what the term meant, but the image stuck in my mind. Maybe the fact that he was broken drew me to him from the start.It all happened before I was born, and by the time I met Moses and my mom told me all about him, the story was old news and nobody wanted anything to do with him. People love babies, even sick babies. Even crack babies. But babies grow up to be kids, and kids grow up to be teenagers. Nobody wants a messed up teenager. And Moses was messed up. Moses was a law unto himself. But he was also strange and exotic and beautiful. To be with him would change my life in ways I could never have imagined. Maybe I should have stayed away. Maybe I should have listened. My mother warned me. Even Moses warned me. But I didn’t stay away.And so begins a story of pain and promise, of heartache and healing, of life and death. A story of before and after, of new beginnings and never-endings. But most of all . . . a love story.

 

Mon avis :

Je n’ai lu qu’un livre d’Amy Harmon, Making Faces.Je l’avais adoré. J’ai dans ma PAL Infinity + One depuis un moment (et toujours non lu!)

Alors quand j’ai vu la couverture de son dernier livre apparaître un peu partout, j’ai été forcément intriguée et titillée. Quand les filles m’ont proposée de le lire en LC, j’étais foutue!

Retrouvée Amy Harmon, c’est un plaisir. Une écriture poétique. Une façon de mettre en scène des héroïnes fortes, blessée. Des histoires qui pourraient sembler simples au premier abord mais qui ne le sont jamais.

Georgia connaît Moses sans le connaître. Elle sait de lui ce qu’elle en a entendu. Enfant abandonné à la naissance par sa mère droguée, retrouvé dans un panier. Recueillie par des membres de sa famille, puis ballotté entre tous ces membres car jugé trop difficile, différent. Car lui même rendu accro au crack par une mère dépendante.

Moses reste un artiste. Renfermé, handicapé des sentiments, il fuit toute relation et refuse de s’impliquer. Mais quand il peint… tout un univers prend vie, il donne vie aux personnes qu’il voit dans ses visions. Et pour cela il est rejeté, pris pour un fou et craint.

Mais Georgia est attirée malgré tout par lui. Envers et contre tout et tous. Elle lutte pour se faire accepter par Moses. Elle ne se laisse pas rejeter, elle ne se laisse pas faire, elle souffre mais elle se bat. Et j’ai eu mal au cœur de la voir tant de fois se faire rejeter et malgré tout tenir bon. Je l’ai admirée de ne jamais lâcher. De suivre son cœur.

C’est un livre que j’ai beaucoup aimé. Car l’écriture d’Amy Harmon a ce pouvoir sur moi. De m’emporter dans l’univers qu’elle a créé.

Mais ce livre ne sera pas un coup de cœur. Il y a une chose en particulier qui m’a « dérangée » mais dont je ne peux pas parler sans spoiler et une autre que j’ai trouvé affreuse et non nécessaire racontée de la façon dont elle est exposée. Peut-être un peu too much par moments ? Mais malgré ça je suis toujours autant charmée par l’écriture d’Amy (oui je me répète!) et je continuerai à lire ses romans.

Ça n’en reste pas moins un très joli roman. Un roman où il est question de chevaux (qui auront eu raison de Ju pendant la LC!), d’acceptation, de meurtres, d’amour, de séparations, de différences, de suspens, de pardon, de folies, de cruauté, de vie, d’abandon, de retrouvailles, d’art, d’amitié, de visions, de sacrifices, de trahison, de surprises et tellement plus encore. Je me demande où Amy Harmon va chercher tout ça!

Un prologue qui vous fait appréhender la suite. Une première partie qui pose des bases et met plutôt en scène Georgia. Une seconde partie qui amène toutes les réponses et est plus centrée sur Moses. Mais toujours avec cette alternance de points de vue entre Georgia et Moses (et moi l’alternance de points de vue : J’ADORE)

Une lecture commune que j’ai eu le plaisir de partager avec Cess, Ju, B, Simi, Karen, Sab, Fleur et Karine.

 

Et si vous ne lisez pas en anglais, Making Faces sort en français en janvier et vous DEVEZ le lire!

 

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour The law of Moses – Amy Harmon

  1. Karine:) dit :

    J’ai bien aimé, mais un peu moins que toi, je pense. N’empêche que je lirai l’autre roman de l’auteur bientôt après Noël.

  2. Julia dit :

    Looool pour les chevaux ! C’est exact, même si ce n’est malheureusement pas le seul point qui m’ait dérangée. Ça ne m’empêchera pas d’attendre avec impatience le prochain :))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s