Il était une fois, une si vilaine duchesse – Eloïsa James

une_si10

4 ème de couverture :

— Vous êtes fou, père ! Theodora est comme ma soeur ! — Peu importe. Tu l’épouseras. Suite à de mauvais placements, le duc d’Ashbrook a « emprunté » sur la dot de sa filleule des fonds qu’il est incapable de rembourser. Il encourt la prison, à moins que son fils ne se dévoue pour épouser ce laideron. Afin d’éviter le scandale, James est bien obligé de se soumettre… et découvre chez sa jeune épouse une sensualité inattendue. Mais Theodora apprend les véritables raisons de leur union et le chasse du domaine.Sept ans plus tard, James revient et réalise avec stupeur que le vilain petit canard s’est transformé en cygne…

 

Mon avis :

James a été élevé avec Théodora, la fille du défunt ami de son père. Elle est sa meilleure amie, sa confidente, son soutien indéfectible. Mais voilà, le Duc d’Ashbrook, le père de James a dilapidé la fortune familiale et s’est même allègrement servi dans la dot de Théodora. La seule solution pour que tout cela passe inaperçu ? Que James épouse Théodora.

James, d’abord réticent, se plie aux volontés de son père. Finalement pas tant à contre cœur que cela. Mais son mensonge lui pèse, car ses sentiments pour Théodora/Théo/Daisy sont finalement beaucoup plus profonds qu’il ne le pensait. Malheureusement il n’aura pas le temps de s’expliquer. Et Théo, en tant que femme de poigne et ayant sa fierté le jettera à la porte du domicile conjugal.

James ne reviendra que 7 ans plus tard. 7 longues années au cours desquelles ils ont tous les deux bien changé.

Ici, Eloïsa James revisite le conte du Vilain petit canard. Elle arrive toujours à insérer dans son récit des petits clins d’œil au conte d’origine tout en racontant une histoire aux antipodes complet de ce même conte.

J’ai adoré Théodora qui est une femme forte, intelligente et qui durant l’absence de James prouve qu’elle dispose de toutes les qualités nécessaires pour gérer seule un domaine et le sortir de la faillite. J’ai aimé que James l’admire depuis le début malgré l’avis des autres. Qu’il la voit avec son cœur et voit donc la vrai Daisy (petit surnom que seul lui lui donne) Qu’il accepte qu’elle soit plus douée que lui avec les chiffres et l’administration et lui accorde sa totale confiance sur le sujet.

J’ai un peu moins accroché à la partie où James quitte l’Angleterre et s’engage sur un terrain peu recommandable (je ne peux plus en dire!), cette partie m’a fait décrochée. Je l’ai trouvée un peu longue et elle a pour moi fait perdre un peu son rythme au roman.

Ce livre a été un petit moment agréable pour terminer la fin de l’année mais n’est clairement pas le meilleur de la série!

 

Publicités
Cet article, publié dans Romances, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Il était une fois, une si vilaine duchesse – Eloïsa James

  1. Karine:) dit :

    Oh, je ne l’ai pas lu celui-là… je suis en retard dans cette série!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s