Quand je pense à l’Equateur…

 

dsc07669

Pour ceux qui savent, un de mes petits frères a fait sa vie en Equateur voilà déjà quelques années.

Demain ils fêteront avec sa femme leurs 6 ans de mariage (déjà!) et l’Equateur est un peu devenu depuis mon pays d’adoption. C’est un très beau pays. Avec certaines particularités que j’ai découvertes et dont j’ai abreuvé ma famille et mes amis dans des mails l’été dernier.

Je me suis dit qu’il fallait que je parle au grand jour de certaines de ces particularités! Et j’ai décidé de parler des taxis pour commencer (oui car ce n’est que le début) (d’accord, d’accord) (si vous ne connaissez pas cette chanson, vous serez maudits sur plusieurs générations)

Nous allons aborder un sujet grave. Pour certains d’entre vous, vous savez que le moyen de transport le plus utilisé en Equateur est le taxi.

Jusqu’ici, rien d’exceptionnel. Les courses sont à un prix très raisonnable pour les trajets dans Ibarra (ville où vivent mon frère et sa famille), souvent environ 1 dollar.

Mais j’en suis venue à me poser une question existentielle : votre vie ne vaut-elle pas plus d’1 dollar ?  (vous avez 4h pour ce travail sur table avec thèse, antithèse, synthèse. Vous appuierez votre argumentation d’exemples concrets et de citations connues)

Je vous pose le contexte! Je ne parle pas espagnol. Je parle le frangnol (qui va d’ailleurs sous peu être proposé comme nouvelle langue à part entière!) (et puis c’est tellement classe le frangnol pour briller en société, les autres langues sont surfaites!!)

Donc les taxis. En Equateur, les chauffeurs de taxis ce sont les rois de la route. Les Schumacher des pistes de conduite. Les  maîtres de l’univers.

C’est rouge, ils passent.

Il y a un stop, ils passent.

Tu traverses, ils passent.

Bref quoiqu’il arrive, ils passent.

(N’oubliez pas cette règle, question de survie)

Tout ça en klaxonnant. LA BASE.

Donc dans un taxi équatorien, vous avez l’impression que vous allez mourir toutes les secondes. Vous retenez votre respiration. Vous fermez les yeux. Puis vous les rouvrez. Pour voir la mort en face (Oh ça va, je plaisante!) (Mais pour le coup j’exagère à peine) (sans vouloir vous effrayer!)

Donc quand vous me mettez dans un taxi équatorien pour aller chercher Max (mon neveu de 2 ans)  ça se passe comme suit :

– Il faut déjà trouver un taxi. Jour de chance vous en avez devant le petit parc à côté de la maison) Jour de malchance il n’y en a pas et vous devez appeler la station de taxi.

– Vous appelez la station de taxi dans votre espagnol le plus élaboré : « un taxi por favor, gracias » (des semaines d’entraînement)

– Le taxi arrive, vous lui donnez l’adresse où vous devez aller.

– Vous répétez l’adresse car il n’a pas compris la première fois.

– Vous la répétez de nouveau parce que votre espagnol est tellement fabuleusement mélodieux qu’il veut probablement vous entendre prononcez l’adresse une nouvelle fois. (C’est forcément pour cette raison) (ne brisez pas toutes mes illusions!!)

– Vous arrivez à destination (un miracle!!!!!) pour récupérer Max à la crèche. Vous demandez au taxi s’il peut vous attendre 5mn. Il refuse.

Là vous ne vous départissez pas de votre sourire. Vous le payez et le regarder s’éloigner en le maudissant et l’insultant intérieurement (vous pouvez aussi l’insulter à voix haute en français, peu de chance qu’il comprenne ce que vous dites!) (mais dans le doute, ne jamais prendre de risques inutiles) (prendre le taxi est un risque suffisant)

– Vous récupérez Max. Vous avez pris soin de blinder votre sac de son goûter et d’une boisson au préalable. Question de survie là encore. Croyez moi.

– Vous repartez à la recherche d’un taxi pour rentrer.

– Vous galérez un peu (mais pas trop) (vous maîtriser dorénavant l’art d’agiter la main pour héler les taxis) (vous êtes la reine d’Angleterre de l’agitage de main pour héler le taxi) (tout dans le poignet) (oui j’invente des mots si vous suivez)

– Vous devez redonner une adresse….si vous aviez eu le même taxi, il vous aurait suffit de dire « a la misma direction » , mais là c’est pas le même.  Il vous regarde d’un air bizarre. Finit par saisir ce que vous tentez de lui dire (Vous remerciez les cieux)

– Vous arrivez à destination (les yeux fermés, la respiration retenue : voir plus haut), vous le payez, demandez à Max de dire au revoir.

Et le tour est joué!!!! Finalement rien de bien compliqué hein quand on y pense! Vous frôlez juste la mort vite fait!!  (sooooo 2015!!)  🙂

Sous peu je vous parlerai spécialités culinaires équatoriennes. Évitez de manger avant de lire ce prochain article. Vraiment!

Publicités
Cet article, publié dans Tranches de vie..., est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Quand je pense à l’Equateur…

  1. Je. Suis. Explosée. De. Rire.

    Trop bien ce premier billet sur l’Equateur ! Encore !

    Hiiiiii pour la référence à Francis !

    Mdr pour le frangnol. J’ai fait un an d’espagnol en seconde, en troisième langue, parce que pas possible de prendre anglais renforcé avant la première, et c’était la cata parce que je n’arrêtais pas de mélanger avec l’italien 🙂

    Parlant d’italien, tu as déjà vu comment ils conduisent en Italie ? Pareil qu’en Equateur, ils passent dans tous les cas. Et super vite. Faut faire super gaffe quand tu traverses la rue !

    Sinon ça me rappelle un des chauffeurs de bus de la ligne que je prends le plus souvent. Un fou furieux. A chaque fois que je tombe sur lui, c’est limite si je n’écris pas mon testament sur mon smartphone, au cas où ! XD

    • emifloisa dit :

      M’en parles pas de l’Italie! J’ai passé 15 jours en Toscane il y a quelques années et c’était des dangers publics!

      Les chauffeurs de bus d’Amérique Latine sont pas mal aussi dans leur genre lol
      Ils triplent, ils ne doublent pas Madame!
      Une voiture double une voiture et le bus double cette même voiture.
      LA CLASSE! (ou pas…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s