Pictural, l’amour derrière la toile – Matthieu Biasotto

couv2

4ème de couverture :
Entre grosses tuiles et petites galères, ma vie ressemble à de la survie. Ni plus, ni moins. Je suis Astrid Dufrene. Je suis un paradoxe de la tête au pied. Je n’avance pas, puisque je passe mes journées à douter.
L. Dattello est l’artiste peintre le plus doué de sa génération. Mondialement connu, excentrique, mystérieux et dangereusement attirant. Profane en matière d’Art, je n’ai jamais entendu parler de lui. Mon niveau artistique avoisine le zéro. Pour moi, Picasso n’existe qu’en version diesel ou essence. Et j’exagère à peine.
Lorsque nos trajectoires totalement opposées se croisent, nos destins vont se confondre autour du secret qu’il garde jalousement.
Ce qu’il attend de moi ? Ce qu’il me trouve ? Je l’ignore. Tout comme ce que je suis prête à faire pour lui.

 

Mon avis :

Je ressors de ce livre avec un sentiment mitigé.
L’idée est originale et peu commune. Mais j’ai malgré tout ressenti un certain malaise face aux choix de l’auteur sur la direction de l’histoire.

Astrid est une galérienne, comme elle aime le dire.
Pas de job, plus de copain, plus d’argent, un studio miteux qu’elle ne peut plus payer, une voiture qui part en morceaux, des céréales comme seul repas…
Et lors d’une soirée tout bascule.
Elle rencontre Léo Dattello, un artiste peintre mondialement reconnu. Un personnage mystérieux, charismatique et atypique qui communique peu sur sa vie mais semble vouloir qu’Astrid l’accompagne.
Tout les oppose. Et pourtant…
Mais Astrid va donc devoir faire des choix et accepter un peu d’inconnu si elle veut partager quelque chose avec Léo. Quelque chose qui sera fort. Car tous les deux se sont reconnus.

Je ne peux pas en dire plus pour ne pas gâcher leur histoire.
Mais vous devez savoir que leur rencontre ne sera pas sans conséquence.
Il y a du mystère, des découvertes, un contrat, de l’amour, une ode à la vie malgré ce que l’on peut penser, à l’art.
Cet amour transformera la vie d’Astrid à jamais. Et pour longtemps.
Deux personnes qui se reconnaissent, se complètent, s’acceptent, se donnent. Jusqu’au bout. Jusqu’à tout accepter.

Ce livre m’a forcée à réfléchir à des sujets qui ne sont pas forcément faciles et évidents à aborder.
J’ai regretté juste que parfois ça aille trop vite (trop loin?) pour que j’arrive à complètement y croire. J’ai l’impression parfois d’avoir survolé les personnages et de ne pas m’y être autant attachée que j’aurai pu.
Mais l’écriture de l’auteur m’a poussée à continuer et tourner les pages pour savoir de quoi il en retournait réellement. Afin de comprendre pourquoi, comment, jusqu’où.
C’est tantôt plein d’humour, puis plus poétique pour enfin être presque tragique. Puis vient l’angoisse, le doute et l’incertitude. Puis à nouveau le sourire. Et l’espoir. Mais toujours ce sentiment de malaise qui m’a un peu gênée. Parce qu’il s’agit d’une histoire d’amour, mais pas seulement…

 

Et ce livre court, je l’ai lu en 24h. Parce que je voulais savoir comment tout cela allait se terminer.

 

Publicités
Cet article, publié dans Chall'Eien'ge, Romances, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Pictural, l’amour derrière la toile – Matthieu Biasotto

  1. Ping : Le jour où… je me suis faite embarquer dans un nouveau challenge!! | Emi-lit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s