Boy Snow Bird – Helen Oyeyemi

oyeyemi-bsb-72dpi

4ème de couverture :

New York, 1950, elle a vingt ans quand elle fuit un père qui la maltraite. Elle s’appelle Boy Novak. Arrivée dans une petite ville du Massachusetts, elle fait la connaissance d’Arturo Whitman, qui vit avec son étrange petite fille, Snow. Boy épouse Whitman. Tout semble aller bien, jusqu’au jour où Arturo et Boy mettent au monde leur fille, Bird, un très beau bébé  » de couleur « . Ainsi la naissance de Bird met-elle au jour les origines afro-américaines des membres de la famille Whitman, jusqu’alors passées inaperçues à cause de la blancheur de leur peau. Une belle-mère, une jeune Snow, des miroirs, tous les éléments sont dès lors réunis pour une habile réécriture d’un conte bien connu.

 

Mon avis :

Voilà un livre dont il va être difficile de parler!

Boy a 20 ans quand elle décide de s’enfuir de chez elle et surtout de fuir un père maltraitant et qu’elle ne comprend pas.
Son errance la mène à Flax Hill, une petite ville. Là, elle y rencontre de nouvelles personnes, crée de nouveaux liens et finit par épouser Arturo Whitman (un veuf qui prend soin seul de sa fille Snow)
Ensemble ils donneront naissance à une petite fille, Bird.
Et cette naissance révélera un certain nombre de secrets très longtemps gardés.

Que dire ?
Déjà la plume de l’auteure. Prenante, envoûtante, où la frontière entre réalité et chimère devient parfois si ténue qu’il devient difficile de reconnaître le vrai du faux.
Une réécriture du conte de Blanche Neige mais par certains côté beaucoup plus cruelle et par d’autres beaucoup plus réelle.
Il y a Snow, une belle mère perdue ou bien peut être jalouse ou finalement tout simplement protectrice, Bird, un éloignement, des histoires de miroirs, d’araignées, de reflets, de preneur de rats, d’être noir et apparaître blanc, de mensonges, de secrets…
Un livre où l’on entend la voix de Boy pour commencer. Boy qu’il faut arriver à suivre parfois dans ses contradictions et ses errances.
Puis celle de Bird, jeune adolescente curieuse qui échange des courriers avec Snow.
Plusieurs points de vue, plusieurs ondes de choc.
La beauté est-elle la réalité ?  La réalité révèle-t-elle toujours la beauté ? Faut-il toujours se fier à ce que les miroirs renvoient comme image?
Les apparences sont parfois réellement trompeuses. Jusqu’à un point qu’on ne pourrait soupçonner et ce jusqu’à la toute fin!

Un livre qui soulève des points sérieux, tels que la différence, le racisme, l’absurdité des lois raciales, les secrets de famille, la folie, l’innocence, le rejet, l’identité. Avec une écriture unique. Une pointe de magie.
Qui tantôt m’a emportée, tantôt m’a horrifiée. Et même parfois m’a un peu perdue.
Un style totalement à part. Et auquel j’aurai beaucoup de mal à rendre justice.
Et si l’auteure réalise pour moi un véritable tour de force dans ce livre, je n’arrive toujours pas à déterminer si je l’ai aimé ou non et si oui jusqu’à quel point.
Mais ce que je peux dire c’est qu’il s’agit d’un livre qui marque. Sans aucun doute.

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s