Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

13442185_10153941777749818_5392922649395507218_n

4 ème de couverture :

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées. Chacun né dans un pays différent. Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte de la mer Baltique devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but : embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…Ruta Sepetys révèle la plus grande tragédie de l’histoire maritime, qui a fait six fois plus de victimes que le Titanic. Cette catastrophe méconnue lui inspire une vibrante histoire d’amour, de courage et d’amitié.Lumineux, captivant et bouleversant d’humanité.

 

Mon avis :

Il y a un peu plus de 2 ans je découvrais l’auteure avec Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre et avait un énorme coup de cœur pour sa plume, ses choix concernant l’Histoire qu’elle a choisi de traiter, ses personnages… J’avais tout adoré!
A l’annonce de son nouveau livre j’étais survoltée.
Je l’ai acheté le jour de sa sortie et l’ai sorti de ma PAL dès mon livre en cours achevé.

Et quelle claque!!
Dans ce livre, Ruta Sepetys a choisi de traiter du naufrage du Wilhelm Gustloff. Un naufrage éclipsant de loin celui du Titanic en terme de victimes mais qui fait très peu (voir pas) parler de lui.
Le 30 janvier 1945 3 torpilles tirées d’un sous marin soviétique détruise le bateau faisant environ 9000 morts. La majorité des passagers étaient des civils, et parmi ceux ci environ 4000 à 5000 enfants…Tout cela a eu lieu durant l’Opération Hannibal, opération au cours de laquelle plus de 2 millions de personnes (civils et soldats) ont été évacué par la mer. D’autres navires ont également été coulé durant cette période faisant également des milliers de morts. Tout ceci Ruta Sepetys en parle à la fin du livre dans ses notes où elle partage les recherches qu’elle a faite avec nous. C’est très intéressant et montre à quel point elle s’est vraiment investit dans son livre. Qui est certes un roman, mais qui parle tout de même de l’Histoire. De choses (et autres horreurs) qui se sont réellement produites.

Ruta Sepetys choisit de raconter cela du point de vue de 4 personnes.
4 jeunes adultes qui ont été dépossédés de tout. Famille, amis, patrie, biens personnels.
Il ne leur reste que leur courage, leur force, leur volonté pour parvenir à se mettre en sécurité.
Leur but pour 3 d’entre eux est d’atteindre le port afin d’embarquer sur n’importe quel navire.
Le dernier, je vous laisse découvrir son histoire.
Il y a Florian, le jeune prussien qui cache quelques secrets , Emilia la jeune polonaise apeurée qui n’est pas en reste côté secret, Alfred le mousse allemand et Joana la jeune infirmière réfugiée lituanienne.
Et puis avec ces personnages principaux forts, il y a les personnages secondaires. Qui marquent pour certains au delà de ce que l’on peut exprimer. De ceux qui laissent une trace.

Difficile de dire ce que ce livre m’a fait traverser.
Je ne saurai pas lui rendre justice.
L’auteure a pris le parti de traiter de faits réels, en les romançant certes. Mais sans jamais en faire trop.
Elle ne minimise pas l’horreur de cette période, elle ne l’édulcore pas non plus. Elle en parle avec des mots justes, qui prennent aux tripes, bouleversent et vous transportent.

J’adore l’alternance des points de vue. Et avec ce livre j’ai été servi. 4 points de vue différents. De personnages totalement différents. Les chapitres sont plutôt courts la plupart du temps et la lecture est de ce fait très fluide. Une fois commencé, j’ai eu beaucoup de mal à m’arrêter de lire. Je voulais toujours en savoir plus.
Même si le dénouement est en partie connu, vous voulez encore rester un peu avec eux tous. Partager leurs peines, leurs découvertes, leurs choix, leurs erreurs, leurs pertes, leurs petites joies, leurs amitiés, leurs amours, leurs ruses, leurs forces, leurs faiblesses, leurs secrets… et tant d’autres choses encore!
Je me suis préparée tout le long à ce que ce soit difficile et douloureux, mais malgré cela cette lecture a tout de même été intense, traumatisante et à la fois lumineuse.
Parce que même si cette lecture est difficile, au milieu de l’Horreur, Ruta Sepetys arrive malgré tout à transmettre un message d’Espoir.
Et je lui tire mon chapeau. Elle réussit avec brio à parler d’un pan de l’Histoire.

« Au moment où l’on croit que la guerre nous a pris tout ce qui nous était le plus cher au monde, on rencontre quelqu’un et on se rend compte qu’on a toujours plus à donner »

« J’ai pleuré parce que je n’avais pas de chaussures, jusqu’à ce que je rencontre un homme qui n’avait pas de pieds »

« Une mère, c’est une ancre dans la vie. Une mère, c’est un réconfort. Une mère, c’est un chez-soi. Une fille qui a perdu sa mère n’est plus qu’une minuscule embarcation sur une mer déchaînée. Il y a des bateaux qui finissent par atteindre le rivage. Et d’autres, comme moi, qui semblent s’éloigner davantage de la terre ferme »

« La nature. Voilà une chose que la guerre ne pourra pas me prendre non plus. Les nazis ne peuvent pas arrêter le vent et la neige; les Russes ne peuvent pas s’emparer du soleil, ni des étoiles

Publicités
Cet article, publié dans Coup de coeur, Romans, Témoignage, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

  1. Ping : Promenons-nous dans les blogs pendant que … – graceminlibe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s