Le Chant des Esprits (Tome 2) – Sarah Lark

le-chant-des-esprits

 

4ème de couverture :

En 1852, Hélène et Gwyneira ont quitté l’Angleterre pour venir s’installer en Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, au crépuscule d’une vie mouvementée, les deux pionnières, toujours liées par une amitié indéfectible, s’inquiètent pour leurs petites-filles, Elaine et Kura, deux cousines que tout oppose.
Belle mais capricieuse, Kura possède une voix magnifique. Portée par la perspective d’une carrière internationale, elle refuse d’assumer son rôle d’héritière de Kiward Station, le domaine familial, pour se consacrer au chant.
Lorsque Kura rencontre William, le fiancé d’Elaine, ce dernier tombe aussitôt sous le charme de la jeune métisse. Dès lors, le charme couve…

 

Mon avis :

Quelle lecture!
Il m’a fallu un petit temps pour me remettre dans le bain car l’univers de Sarah Lark est riche et peuplé de nombreux personnages avec de multiples intrigues. Et javais lu le 1er tome Le Pays du Nuage Blanc il y a maintenant 9 mois.
L’auteure au début du tome re-situe au fur et à mesure les personnages mais ce fut néanmoins difficile au départ de se réadapter!
Mais une fois fait quel plaisir de lecture!! Presque 600 pages que je n’ai pas vu défiler. Comme pour le 1er tome.

Dans ce second tome on suit les descendantes de Gwyneira, Hélène, Fleur, Ruben, James etc… dont les aventures et la vie m’avaient tant captivée dans le 1er tome.
Kura d’un côté, (petite fille de Gwyneira) métis d’une quinzaine d’années et passionnée uniquement par le piano et le chant, imbue d’elle même, se rêvant célèbre et méprisant ceux qui ne comprennent pas sa passion.
Elaine de l’autre côté, (petite fille d’Hélène et cousine éloignée de Kura), vivante, heureuse de vivre, vive.
Elaine tombe sous le charme d’un jeune homme qui malheureusement la trahira.

Ainsi commence ce roman.
Puis sur des années nous allons suivre l’évolution de Kura, Elaine, William, Jack, Tim, Stephen,Jennie, Thomas, Emere, Gwyneira, Helene, Heather… Certains étant mis sur l’avant de la scène et d’autres en second plan.
Mais tous travaillés.
J’avoue, j’ai préféré (et de loin) les passages concernant Elaine. Ma chouchou.
Kura j’ai aimé la détester! L’auteure arrive parfaitement à nous la rendre antipathique ou indifférente. Et j’admire également cet aspect là de la plume de Sarah Lark. Rien ne semble laisser au hasard et les émotions que j’ai ressenties étaient fortes, qu’elles soinet négatives ou positives, pas de faux semblant et de demi mesure.

Sinon que dire ?
Il est question de trahison, de la putorino et du chant des esprits, de piano, de passion, de chevaux, de fuite, d’horreur, d’amour, de solidarité, d’apprivoisement, de lâcher prise et j’en passe!

J’ai vibré. J’ai frissonné. J’ai souri. J’ai pesté. J’ai été émue. J’ai tremblé. J’ai presque versé ma petite larme. Bref j’ai vraiment adoré!! Et je n’ai pas commis la même erreur, j’ai enchaîné avec le 3ème et dernier tome de cette série pour ne pas me perdre dans l’univers riche et peuplé d’une multitude de personnages et ainsi conserver l’intensité de ma lecture.

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s