Je m’appelle Léon – Kit de Waal

couverture_je_mappelle_leon_definitive

4 ème de couverture :

Leon, 9 ans, est un garçon courageux. Quand un jour sa mère n’arrive plus à se lever le matin, il s’occupe de son demi-frère Jake. Quand l’assistante sociale emmène les deux garçons chez Maureen au gros ventre et aux bras de boxeur, c’est lui qui sait de quoi le bébé a besoin. Mais quand on lui enlève son frère et qu’on lui dit que chez ses nouveaux parents il n’y a pas de place pour un grand garçon à la peau sombre, c’en est trop. Heureusement Leon rencontre Tufty, qui est grand et fort, qui fait du vélo comme lui et qui, dans son jardin, lui apprend comment prendre soin d’une petite plante fragile. Mais Leon n’oublie pas sa promesse de retrouver Jake et de réunir les siens comme avant. Le jour où il entend une conversation qui ne lui était pas destinée, il décide de passer à l’action…

 

Mon avis :

Leon a 9 ans et n’a pas une vie facile.
Sa mère est démissionnaire et malade et ne s’occupe ni de lui ni de son petit (demi) frère Jack qui a quelques mois.
Alors Léon gère. Comme il peut.
Jusqu’au jour où le fragile équilibre cède et où la famille éclate.
Jack est adopté par un couple, Léon part chez Maureen et leur mère part se soigner.
Au cours de ses errances, il rencontre Tufty et Mr Devlin qui l’aideront parfois totalement à leur insu.

Déjà l’objet livre!
En bas de chaque page il y a un petit garçon à vélo (qui représente Léon sans doute)
Et en tête de chaque chapitre il y a une petite illustration qui prend son sens à la lecture de ce même chapitre.
Et franchement c’est joli et touchant!

Ensuite l’histoire.
Ça pourrait être mélodramatique et tirer vers le patho et l’exagération mais ce n’est pas le cas selon moi.
Léon est un petit garçon de 9 ans qui fait comme il peut avec le peu qu’il a. Il ne fait pas tout bien, loin de là mais il compose et ce n’est pas toujours évident.

J’ai trouvé cette histoire touchante et émouvante, même s’il m’aura manqué un je ne sais quoi pour l’apprécier encore plus.
On est à la place de Léon, on voit à travers ses yeux sans qu’il soit le narrateur principal, c’est parfois déroutant, mais ça sonne plutôt juste.

Je m’appelle Léon c’est : Léon, des vélos, des figurines, Maureen, des photos, beaucoup (trop) de clopes, la maladie, l’adoption, la famille, les plantes,Tufty, les émeutes, les vols, la trahison, Mr Devlin, la perte, l’amour, Sylvia, des illustrations, des pièces, les mensonges, la police, le mensonge, être noir ou blanc…
Un melting pot d’émotions, une jolie lecture.

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s