Monsieur Origami – Jean-Marc Ceci

31779356

4 ème de couverture :

A l’âge de vingt ans, le jeune Kurogiku tombe amoureux d’une femme qu’il n’a fait qu’entrevoir et quitte le Japon pour la retrouver. Arrivé en Toscane, il s’installe dans une usine isolée où il mènera quarante ans durant une vie d’ermite, adonné à l’art du « washi », papier artisanal japonais, dans lequel il plie des origamis. Un jour, un jeune horloger arrive chez Monsieur Origami. Il a le projet de fabriquer une montre complexe avec toutes les mesures du temps disponibles. Son arrivé bouscule l’apparente tranquillité de Monsieur Origami et le confronte à son passé.

 

Mon avis :

J’ai adoré ce livre.
Ce n’est pas un roman, pas non plus totalement un livre de méditation et d’introspection. C’est entre les deux.
Il peut se lire extrêmement rapidement sans saisir la profondeur du texte. Ou l’on peut au contraire le savourer, s’imprégner de l’ambiance, des réflexions…

L’écriture est dépouillée. Et n’en a été pour moi que plus belle et percutante.
Étant grande fan d’origami et en réalisant beaucoup, ce livre a aussi sans doute trouver écho en moi grâce à ça.

Il ne faut pas s’attendre à des rebondissements, à un rythme soutenu. Ou je ne sais quoi. C’est un livre dans lequel on apprend.
L’art de l’origami et du papier Washi, le zen, la contemplation, la vie, la solitude, la guerre, l’abandon, la méditation, le sacrifice, le partage…

Un livre d’une pureté incroyable. Qui est tombé dans ma vie au moment où je ne l’attendais pas. Et qui a su m’emporter dans son univers à part.
Une vraie belle découverte ❤

« Combien de temps met un homme pour se remettre d’un chagrin de non-amour?
Maître Kurogiku ne répond pas.
– Vous ne vous êtes jamais marié.
– Mon âme est unie à une panthère noire.
– Vous ne l’avez rencontrée qu’une seule fois.
– C’était il y a quarante ans. Pourtant elle est toujours présente dans ma mémoire. Dans mon coeur. Je la reverrai.
– La cherchez-vous seulement?
– Je suis vivant. Je laisse le destin accomplir son oeuvre. Je la reverrai si c’est ce qui doit se produire. Je ne force pas le destin. J’accomplis seulement ma pauvre mission d’être humain. Pour contribuer au destin.
– Comment?
– En vivant. En faisant ou ne faisant pas les choses. En parlant ou en me taisant. En bougeant et en m’arrêtant. Nous sommes les rouages d’une montre très compliquée. Nous ne comprenons pas toujours ce qu’un petit mouvement de notre part fait bouger de l’autre côté du cadran.
Un jour ou l’autre je la retrouverai. Dans cette vie ou dans une autre. Je retrouverai la femme qui m’a fait venir ici »

 

« – Tout, dans la vie, n’est-il pas que prétexte. Le brouillard n’est-il pas le prétexte de la clarté que l’on veut se cacher à soi-même. On sait, on prétend ignorer. On a la réponse, quand même on demande. On doute de soi, on prétend douter des autres. On est aimé, on prétend douter de cet amour.
Silence.
– Je vivais de projections, de rêves, de passés et d’avenirs. Il était temps de vivre le présent de mon corps et du maintenant »

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Monsieur Origami – Jean-Marc Ceci

  1. Karine:) dit :

    Le côté « pas un roman » me fait quand même un peu peur… mais vous êtes plusieurs à avoir adoré. Du coup, je ne dis pas non.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s