Une photo, quelques mots… #9

 

Je ne suis pas très constante actuellement mais voici ma 9 ème participation à l’atelier d’écriture de Bricabook. Avec une photo de Valentine Goby!

valentine-goby-paysage

© Valentine Goby

 

Ma tasse de café à la main, je contemple le soleil qui se lève au milieu de la brume.

Je savoure la morsure du froid, le silence seulement perturbé par quelques pépiements d’oiseaux, la chaleur de la tasse qui réchauffe mes mains, l’odeur du matin se levant qui chatouille mes narines. Je ferme les yeux pour laisser mes sens s’emplir de toutes ces sensations qui me rendent vivante. Parce que je le suis. Vivante.

Un léger tremblement me prend par surprise. Accompagné de quelques idées noires. Encore. Je les chasse d’un mouvement de tête agacée. Non. Je ne les laisserai pas m’envahir. Pas aujourd’hui.

Mes yeux tombent finalement sur la chaise. C’était sa place préférée. Il s’y installait tous les matins pour contempler le lever du soleil. Par tout temps. Cela frisait parfois le ridicule. Mais c’était son rendez-vous. Celui à ne pas manquer. Nous nous sommes souvent demandés ce qu’il se passait durant ces instants où il nous échappait. Qu’est-ce qui pouvait bien nous le voler et ainsi le captiver ? Avec une telle régularité.

Nous le l’avons jamais su. Mais cette entrevue matinale il l’a honorée jusqu’à la fin. Même quand ses jambes ne pouvaient plus le porter,nous avons trouvé un moyen de l’accompagner jusqu’à sa place. Et quand son odorat l’a abandonné, nous avons appris à lui décrire les odeurs et les senteurs. Puis quand sa vue s’est peu à peu brouillée, nous lui avons raconté ce que nous pouvions voir à sa place. Peu à peu son rendez-vous est devenu notre rendez-vous. Sans que nous le voyions venir.

Il s’est éteint un matin paisible. Nos bras l’entourant. A sa place. Sereinement. Là où il aimait être, avec ceux qui l’aimaient. Il n’aura raté aucun rendez-vous. Jusqu’au dernier.

Depuis, j’ai pris le relai. Sans réellement m’en rendre compte finalement. Au fil des jours, c’est devenu une habitude. Non. Un besoin, une nécessité. Ce moment où je m’assois et où je contemple. Où je profite et je savoure. Où j’admire. Où je me sens à ma place, en étant à la sienne. Tout simplement.

 

Publicités
Cet article, publié dans Une photo, quelques mots..., est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s