Lectures estivales #1

 

Ce ne sera pas un scoop. Je chronique peu. Voir très peu. Voir pas du tout!

Mais ça ne veut pas dire que je ne lis pas, loin de là. Selon Goodreads, j’en suis à 51 livres lus depuis début janvier. Parmi tous ces livres il y a eu de très belles lectures et je donne de courts avis mais sur Goodreads essentiellement. Encore une fois, parce que je ressens plus le besoin de lire pour moi que pour les autres.

Mais je me dis que l’été et les vacances, c’est l’occasion de faire un petit point sur mes lectures de ce début de mois! Alors c’est parti.

35550355

Une des premières lectures de vacances a été le dernier livre traduit de Cecelia Ahern. J’ai lu quasiment tous ces livres et j’apprécie particulièrement sa plume.

4ème de couverture :

À force de traquer le scoop et de dévoiler la vie privée des gens dans les colonnes de la presse à scandale, Kitty est dans l’impasse. Sa carrière de journaliste piétine, et ses frasques lui valent une réputation désastreuse.

Tout s’effondre quand elle apprend que Constance, la femme qui lui a tout appris, vit ses derniers instants. Elle se rend à son chevet et lui demande quelle histoire elle a toujours rêvé d’écrire. Mais la réponse arrive trop tard, sous la forme d’une liste de cent noms, sans aucune explication. Bien décidée à percer le mystère, Kitty tente de comprendre ce qui relie entre eux ces inconnus. En allant à leur rencontre, elle va découvrir des aspects pour le moins inattendus de la vie de Constance et peut-être même trouver un sens à la sienne.

 

Mon avis :

Une jolie histoire sur la remise en question. Kitty a bien « merdé » (oui désolée) et met quelques temps avant d’arrêter de se voiler la face, à assumer ses erreurs en tant qu’adulte. Ça sonne vrai et juste.

Mais ce livre reste avant tout bienveillant. Montrant qu’en chacun de nous il y a ce petit quelque chose qui fait de nous quelqu’un de spécial et qui compte.

Kitty part en quête de l’histoire que Constance avait en tête de raconter avant de décéder. Et elle va rencontrer des gens merveilleux, attachants, différents. Qui vont lui révéler à elle même qui elle est réellement, qui elle veut être.

J’ai souri, pesté, ri, eu les larmes aux yeux et mon coeur s’est serré lorsque j’ai dû quitter tous ces personnages si différents et qui pourtant s’accordent tellement bien entre eux. Une vraie belle lecture qui fait du bien.

 

35485287

Ce livre je l’ai eu en cadeau par une de mes amies lors d’un swap sur le thème bleu fin juin/début juillet. Il est rapidement sorti de ma PAL car il m’intriguait fortement et je ne voulais pas qu’il traîne trop longtemps.Et j’ai bien fait!

4ème de couverture :

Poupées, sacs à main, carnets, téléphones, lunettes… On ne s’intéresse jamais aux objets trouvés. Pourtant, ils ont appartenu à quelqu’un, ils ont été choisis, aimés. Dans une petite gare italienne, un homme les collectionne avec dévotion. Ce sont ses seuls amis, croit-il. Jusqu’au jour où il trouve un cahier rouge abandonné…

 

Mon avis :

Une excellente lecture.
Si je fus un peu perdue au début à me demander où l’auteur voulait m’emmener, j’ai ensuite été happée par l’histoire, emportée par la beauté et la véracité de certaines phrases.
Ce livre raconte une quête.
La quête d’une mère, la quête de réponses, la quête de reconnaissance, la quête d’amour, la quête de soi.
Tout en finesse nous suivons l’évolution des personnages, leurs découvertes, leurs désillusions.
Et si j’ai vu venir certaines choses rapidement, cela n’a pas gâché mon plaisir de lecture.Et c’est plutôt bien mené.

J’ai adoré les personnages, les découvrir un peu plus, les voir se dévoiler, se perdre, se chercher. Tout en restant toujours dans le crédible.

J’ai vécu quelques heures au rythme des pages tournées et j’ai quitté à regret ces personnages qui ont su me toucher.Et encore une fois, j’ai regretté les laisser dernière moi une fois la dernière page tournée. J’en aurai voulu encore un peu plus.

« Comme tu vois, ce ne sont pas toujours les parents qui blessent les enfants; les enfants aussi peuvent blesser leurs parents. Mais tu sais la différence ?
La différence est que les blessures infligées aux enfants sont visibles à l’œil nu, pour toute la vie. Parce que les enfants sont comme cet olivier il y a tant d’années : tendres, sans défense. Si on y plante un ongle, l’empreinte reste…et grandit avec eux.
Mais si tu plantes un ongle dans un vieux tronc, en apparence cela ne laisse pas de trace. Et tu as l’impression de ne pas l’avoir blessé, ce tronc, parce que tu le vois encore fort et robuste. Intact. Mais ce n’est pas le cas… cet ongle laisse de toute façon une blessure, qui ne se voit pas de l’extérieur mais qui fait vieillir les racines plus vite. »

 

25726492

Ah ce livre. Je ne sais pas trop comment en parler. Je l’ai découvert par un biais un peu différent. Je l’ai « lu » en audiobook. C’était une première car j’avais déjà tenté l’expérience et je n’avais pas aimé la voix du narrateur (et ça compte quand vous avez plus de 10h de lecture dans les oreilles) Mais là… Coup de foudre pour la voix de la narratrice, pour l’histoire, pour l’auteur. J’en suis encore totalement bouleversée.

4ème de couverture :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu’à ce qu’elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d’une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.

 

Mon avis :

J’ai vibré tout au long de ma lecture.
Pour Rahima, cette jeune afghane qui est la 3ème d’une fratrie de 5 soeurs et qui est « transformée » en garçon, en bacha posh, pendant quelques années afin de pouvoir aider à la maison, s’instruire. Que l’on suit sur plusieurs années et qui n’est épargnée par RIEN. Pour qui mon cœur s’est brisé. Littéralement.
Pour Shékiba, son ancêtre, ayant vécu un siècle plus tôt, et qui a tout fait pour essayer de combattre sa destinée et choisir son najib. Mon admiration pour elle, sa force, sa persévérance n’a fait qu’augmenter tout au long de ma lecture.

L’alternance des points de vue des deux héroïnes apportent beaucoup au roman (et puis maintenant tout le monde le sait, c’est un genre que j’affectionne tout particulièrement)
Cela permet de voir la condition des femmes, l’évolution (ou non) de leurs conditions de vie, l’horreur qu’elles peuvent vivre au quotidien. Souvent tout n’est que suggéré par l’auteur, mais le rendu n’en est que plus puissant, angoissant.
L’écriture est fluide, les chapitres s’enchaînent et donnent envie d’en savoir encore plus, tout en redoutant ce qu’il pourrait arriver. Tout le long je me suis dit qu’il ne pouvait rien arriver de pire. Et en fait si.

Ce roman m’a emporté. Il m’a brisé le cœur. Il m’a fait prendre conscience de ma chance de vivre en tant que femme maintenant et dans mon pays, même si tout est loin d’être parfait.
Un livre qui me semble nécessaire pour ne pas oublier, pour prendre conscience.
Un roman qui m’a donné envie de continuer à suivre Nadia Hashimi dont je lirai très certainement les autres romans.

 

Publicités
Cet article, publié dans Romans, Témoignage, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Lectures estivales #1

  1. Karine:) dit :

    Je note tout ça donc… j’hésite pour La perle et la coquille… j’ai peur que ce soit trop pou rmoi…

    • emifloisa dit :

      De très bonnes lectures!
      Mais clairement la Perle et la Coquille ce n’est pas facile facile. Le fait de le « lire » en audio a rajouté en intensité dramatique j’ai l’impression en plus.
      Hyper intéressant et immersif. Mais nécessaire de faire de pauses pour souffler et se préparer à la suite!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s