Une photo, des mots… 15

Bon, ça fait une éternité que je n’ai pas participé à l’atelier de Bricabook.

Cela ne va pas forcément dire que je serai régulière (7 mois de pause tout de même) mais bon, il faut se relancer 🙂

 

myanmar-train-adventure_925x

Il regarde longuement à ses pieds. Il se sent un peu désincarné. Ni lui même. Ni vraiment un autre. Différent peut être ? Difficile à savoir.

Il s’est bien habillé. Il a fait un effort. Non pas qu’il se préoccupe du regard des autres sur lui mais bon. Il voulait faire les choses « comme il faut ». Il fixe ses chaussures, il les a cirées mais pas au point de se voir dedans, une petite déception dans sa quête de la perfection en ce jour.

Son regard se porte au delà de ses pieds, là où il y a cette marche. Puis cette porte ouverte. Et cette herbe si verte qui défile sous son regard. C’est l’automne, ne peut-il s’empêcher de remarquer. Les feuilles qui parsèment par moments le vert de l’herbe le prouvent. Il se demande si tout le monde tombe un jour. Comme les feuilles en automne. Et surtout pourquoi certaines personnes se relèvent et d’autres non…

S’il fait un pas en avant, que se passera-t-il ? Sentira-t-il le souffle du vent sur son corps avant que celui-ci ne s’écrase au sol ? Volera-t-il un peu plus loin avant de sentir le choc ? L’herbe amortira-t-elle sa chute ? Cela fait-il mal de sauter d’un train en marche ? La souffrance sera-t-elle durable ou bien éphémère ? Est-ce qu’un tel acte met un point final à une vie ? Ou bien une vie différente commence-t-elle ?

Et s’il reculait? Cela ferait-il de lui un lâche ? Un pas en arrière, serait-ce signe de peur ? Ne pas franchir le pas, ne serait-ce pas finalement cela le vrai courage ?

Ses cheveux s’agitent au vent, alors que ses pensées vagabondent. L’odeur de la pluie fraîchement tombée chatouille ses narines, alors que ses yeux se ferment. Sa main droite serre fermement cette photo qu’il chérit, alors qu’il tente de refouler ses sanglots. Il pensait que venir ici, maintenant, répondrait à toutes les questions qu’il se pose depuis 1 an.

Se mettre dans les mêmes conditions, porter des vêtements similaires, prendre le même train, à la même heure. Pour tenter de comprendre le passage à l’acte d’un être cher. Pour le rejoindre peut être ? Ou non.

Un an qu’il s’interroge sur le pour et le contre. Une année de « oui » évidents et de « non » qui s’interposent farouchement.

Maintenant qu’il est à ce croisement de sa vie, que va-t-il faire ?…

Publicités
Cet article, publié dans Une photo, quelques mots..., est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s