L’Amie prodigieuse (T1) – Elena Ferrante

 

28476406

4eme de couverture :

Naples, fin des années cinquante. Deux amies, Elena et Lila, vivent dans un quartier défavorisé de la ville, leurs familles sont pauvres et, bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila, la surdouée, abandonne rapidement l’école pour travailler avec son père et son frère dans leur échoppe de cordonnier. En revanche, Elena est soutenue par son institutrice, qui pousse ses parents à l’envoyer au collège puis, plus tard, au lycée, comme les enfants des Carracci et des Sarratore, des familles plus aisées qui peuvent se le permettre. Durant cette période, les deux jeunes filles se transforment physiquement et psychologiquement, s’entraident ou s’en prennent l’une à l’autre. Leurs chemins parfois se croisent et d’autres fois s’écartent, avec pour toile de fond une Naples sombre mais en ébullition, violente et dure. Des chemins qui les conduiront, après le passage par l’adolescence, à l’aube de l’âge adulte, non sans ruptures ni souffrances.
Formidable voyage dans Naples et dans l’Italie du boom économique, L’amie prodigieuse trace le portrait de deux héroïnes inoubliables, qu’Elena Ferrante traque avec passion et tendresse jusqu’au plus profond de leur âme.

 

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé l’amie prodigieuse. Le style, l’histoire, le ton de la narratrice. Il y a de nombreux personnages et j’avoue avoir eu peur de me perdre (d’autant plus avec la style narratif parfois déconcertant de l’auteur au début) mais finalement je me suis sentie totalement immergée dans le livre.
J’ai aimé la façon dont l’auteur réussi à happer le lecteur dans son univers.
Les pages se tournent toutes seules.
J’ai été emporté dans les histoires de Lila et Lenu, qu’elles paraissent puériles et enfantines ou plus sérieuses et dramatiques. Nous les suivrons de leur enfance à leur adolescence dans ce 1er tome.
Au début le style m’a effectivement déconcertée. L’auteur nous parle d’un épisode puis saute sur un autre pour revenir au sujet initial. Mais finalement cela fait sens, un enfant veut tout découvrir et son attention a souvent du mal à rester fixer sur quelque chose longtemps, et le style d’écriture a pour moi bien rendu cela.
Le passage de l’enfance à l’adolescence avec les décalages que cela implique parfois dans l’amitié des deux jeunes femmes est extrêmement bien décrit. Une amitié toute en difficultés et sacrifice, qui n’apparaît pas toujours saine. Une évolution tout en violence et en ambivalence.
Je ne connais pas Naples (et encore moins le Naples des années 50) mais par les descriptions de l’auteur, je me suis facilement représenté le quartier défavorisé des deux amis et de leurs proches. Cette période remplie de violence, de décisions à prendre.

Un tome qui sonne vraiment juste. Des personnages qui semblent vraiment réels, avec leurs propres problèmes et leurs propres aspirations.
Un excellent moment de lecture qui fait que j’enchaîne avec le tome 2 sans plus attendre!!

Publicités
Cet article, publié dans Histoire, Romans, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s